L’Impact ne voulait pas jouer vendredi soir

Toutes les ligues sportives majeures en Amérique du Nord ont eu la chance de boycotter/annuler des matchs au cours des derniers jours, afin de protester silencieusement contre la tentative de meurtre envers Jacob Blake, la fin de semaine dernière.

L’Impact de Montréal avait sa chance de faire du bruit hier soir – mais la formation montréalaise n’a pas pu le faire.

Selon les propos du défenseur Rudy Camacho, l’Impact ne voulait vraiment pas disputer son match contre le Toronto FC. L’équipe s’attendait à ce que le club adverse ait la même réflexion, mais ce ne fut pas le cas – et la joute a finalement été disputée. Le défenseur est le seul à en avoir parlé publiquement, mais l’IMFC semblait réellement déçu.

« On s’était mis d’accord pour ne pas jouer mais Toronto voulait jouer. On a senti que personne nous soutenait. On a beaucoup de couleur dans l’équipe mais Toronto n’était pas d’accord avec nous. »

https://twitter.com/TVASports/status/1299502026834018304

Un club aussi diversifié que l’Impact voulait lancer un message dans la communauté québécoise, devenant la première formation montréalaise à ne pas jouer un match afin de forcer une discussion autour du racisme systémique. Deux équipes canadiennes qui prennent cette décision, ça pouvait être puissant…

On peut toutefois se demander pour l’Impact avait besoin de l’appui du TFC. Après tout, les Bucks (NBA) ont pris la décision sans consulter le Magic – et sans ça, le mouvement n’aurait pas été lancé de la même façon. 

Sur le terrain, l’Impact s’est incliné par la marque de 1 à 0. Peut-on les blâmer? Ils n’avaient réellement pas envie de disputer ce match de soccer.

Olivier Brett a résumé le match ICI.

En Rafale

– Un joueur de Toronto est resté debout durant l’hymne national, alors que tous les autres joueurs ont posé un genou au sol.

– Excellent papier de Kevin.

– Oui! Ça recommence aujourd’hui…

 

PLUS DE NOUVELLES