L’histoire officielle concernant le départ de Phil Kessel de Pittsburgh

On a parlé d’un personnage particulier tout juste avant ce billet-ci, Scott GomezEh ben, parlons donc d’un autre moineau différent des autres, Phil Kessel. On raconte plusieurs histoires à son sujet, mais l’une de nos favorites demeure la vraie raison de son départ de Pittsburgh. Était-ce réellement Evgeni Malkin ou lui? Une histoire a circulé à cet effet puisque Sidney Crosby aurait insisté afin que l’on conserve les services de son chum Geno. L’autre portion indique que la relation entre Mike Sullivan, l’entraîneur en chef des Pens, et Kessel, n’était pas au beau fixe.

Donc, un an plus tard, l’histoire semble officielle et non seulement officieuse : C’est bel et bien la relation Sullivan-Kessel qui aurait sorti le personnage particulier de Pittsburgh. Semblerait-il que Kessel n’aurait jamais aimé se faire dire quoi que ce soit par un coach. Il n’aime tout simplement pas se faire dire quoi faire par celui qui pilote l’équipe. Malgré tout, il aura connu ses meilleurs moments avec cette organisation, récoltant pas moins de 303 points, dont 110 buts, en 328 rencontres. Sans omettre qu’il possède deux bagues de la coupe Stanley dans les doigts.

Sullivan aime toujours Kessel, il ne le déteste pas puisqu’il apprécie son don physique et sa personnalité de clown (Sullivan était incapable de ne pas sourire lorsque Kessel faisait ses niaiseries). Par contre, au niveau hockey, c’était beaucoup plus laborieux. D’ailleurs, un ancien coéquipier de Kessel, qui a souhaité demeurer anonyme, a parlé de cette relation entre le coach et le clown.

«Je ne pense pas que Phil détestait Sully. Je ne pense pas que Phil aime les entraîneurs ou qu’on lui dise quoi faire. Sully l’a attaqué pendant un vol une fois pour ne pas avoir joué davantage à un jeu à double sens. Lorsque Sully est retourné à son siège, Phil a levé les yeux et a dit: «F*ck lui.» Nous avons tous beaucoup aimé Phil. Nous l’aimons encore. Et nous aimons et respectons tous Sully sans équivoque. C’est un excellent entraîneur. Mais ils ont eu leurs moments difficiles.»

Kessel, c’est Kessel. Mais donnons-lui ce qui lui revient : il a été un rouage très important lors des deux derniers championnats des Penguins.

En rafale

– Rappel : C’est incroyable à quel point Shea Weber a changé.

– Puisqu’il est question de Kessel : Quel héritage a-t-il laissé à Toronto?

– Markus Granlund a paraphé un accord du côté de la KHL.

– Un pacte d’un an et à deux volets pour Dysin Mayo.

– Aucun match préparatoire avant d’ouvrir le tournoi MLS is Back. Thierry Henry ne sait pas à quoi s’attendre, évidemment.

PLUS DE NOUVELLES