Les Predators pourraient être des vendeurs sur le marché des transactions

Depuis leur présence en finale de la Coupe Stanley, en 2017, les Predators de Nashville n’ont pas su répéter leurs exploits.

La saison suivante, ils ont baissé le pavillon en deuxième ronde et depuis, ils n’ont jamais été en mesure de franchir la première ronde. Cette saison, au classement de la division Centrale, ils ont seulement un point de plus que les Red Wings (mais avec trois matchs de plus à disputer).

Si jadis, on vantait la défensive de l’équipe, on ne peut plus en dire autant cette saison, alors que les Preds accordent en moyenne plus de trois buts par match.

Bref, ça ne va pas bien à Nashville et de plus en plus, on envisage un mélange au sein de l’alignement, selon Elliotte Friedman. Seuls Josi, Ellis et Rinne seraient des intouchables.

Dans le cas des deux premiers, il est clair que, si l’information est exacte, David Poile veut repartir sur une base nouvelle avec ces deux vétérans. Quant à Rinne, c’est probablement une façon de le remercier puisqu’il veut terminer sa carrière à Nashville.

Ça laisserait quand même des joueurs très intéressants sur le marché pour brasser la soupe.

Je pense que l’on peut écarter d’emblée Matt Duchene et son contrat à un cap hit de 8 millions $ par saison. Même chose pour Ryan Johansen.

Et à moins d’un retour faramineux, je doute beaucoup que Dante Fabbro quitte Nashville.

Ça laisse donc des joueurs qui seront libres comme l’air cet été, comme Mikael Granlund, de qui Poile n’aura pas foule aux portes.

Ou encore, les attaquants Viktor Arvidsson et Filip Forsberg, qui eux, vont générer grandement l’attention. Et cette fois, Forsnerg ne sera pas acquis en retour d’un joueur équivalent à Martin Erat, c’est assuré.

Est-ce que Marc Bergevin doit faire des pieds et des mains pour aller chercher un joueur comme Forsberg? Je pense que, s’il est réellement sur le marché, que le DG du Canadien fera son travail en faisant un appel de courtoisie à David Poile.

Et nul doute que Forsberg serait un joueur qui s’intègrerait très bien à l’alignement du Bleu-Blanc-Rouge.

Mais dans les faits, il y a deux obstacles. Le premier, c’est bien entendu la question de la masse salariale, puisque le CH devrait donner, en retour, un joueur avec un salaire quasi-équivalent à celui de Forsberg (6 millions $).

Bref, ça prendrait un Tomas Tatar dans la transaction.

Ensuite, je doute beaucoup que Bergevin voudra donner un joueur comme Cole Caufield, par exemple. Tant qu’à faire un ménage, c’est le type de joueur que David Poile voudra obtenir en retour de ses meilleurs éléments.

En rafale

– Je ne me fatigue pas d’admirer les paysages du Lake Tahoe.

– Matthews est encore plus redoutable qu’avant autour du filet adverse.

– C’est un choix plus difficile que l’on peut croire.

– Djokovic continue de se distinguer au tennis!

PLUS DE NOUVELLES