Les Flames de Calgary et leur éternelle lacune

J’ai toujours eu beaucoup de difficulté à comprendre l’essence des Flames de Calgary. L’équipe a toujours eu de la difficulté à se qualifier en séries, et lorsqu’elle le fait, n’a absolument aucune chance d’être aspirante à quelque chose de gros. Depuis le lock-out, les Flames n’ont gagné qu’une seule fois en séries éliminatoires, et c’était contre les Canucks de Vancouver, en 2015. Bref, pas l’exploit dont on peut le plus se vanter.

Pourtant, les Flames ne sont pas mauvais. Depuis quelques saisons, ils possèdent l’une des meilleures brigades défensives de la LNH, tout en comptant sur quelques atouts d’impact en attaque.

Mais depuis le départ de Miikka Kiprusoff, on n’a jamais trouvé de gardien #1 potable, ce qui explique en très grande partie les déboires de l’équipe

Lors de la dernière saison morte qui est encore en cours, Brad Treliving n’a toujours rien fait pour adresser ce problème. Il a fait l’ajout de Elias Lindholm, qui pourrait ajouter quelques buts à la fiche de l’équipe, mais devra toujours se fier à Mike Smith, devant le filet.

C’est à se demander si tout ce travail effectué n’est pas inutile tant qu’on n’a pas déniché de gardien #1 de qualité.

Disons qu’avec Mike Smith entre les poteaux, le scénario des dernières années serait probablement répété, en séries éliminatoires : une élimination très tôt.

Bien franchement, Smith n’a pas été mauvais, la saison dernière. Il est tout simplement difficile d’imaginer les Flames se rendre loin pendant qu’il est encore le partant. On peut toujours espérer, mais à Calgary, espérer n’a jamais porté chance.

En tant que tel, le core des Flames est loin d’être mauvais. La première ligne composée de Johnny Gaudreau, Sean Monahan et James Neal est un bon mélange de jeunesse, vitesse, expérience et présence physique et pourrait effectivement faire tourner les yeux la saison prochaine, et le top 9 est complété de belle façon. Chez les défenseurs, évidemment, on ne peut rien dire : lorsque Noah Hanifin et Rasmus Andersson sont projetés sur ta troisième paire, c’est que tu fais quelque chose de bien.

Le seul réel problème qui bloque toute aspiration se trouve dans les buts.

Et à bien y penser, il est dommage de voir que les Flames n’avaient pas vraiment de porte de sortie dans le dossier Philipp Grubauer. Prendre à son compte le contrat de Brooks Orpik aurait été très difficile et Treliving n’avait même pas de choix de deuxième tour à offrir aux Capitals.

Grubauer aurait certainement pu redonner espoir aux partisans… Mais bon. 

L’Allemand était la meilleure option sur le marché depuis Ben Bishop. Il faudra maintenant chercher ailleurs…

Pendant ce temps… Espérons.

En Rafale

– Un laissez-passer pour Eugénie à Montréal.

– Shapovalov glisse un tantinet.

– Analyse à l’aide de statistiques. Complexe, mais intéressant.

PLUS DE NOUVELLES