Le Tricolore devra-t-il être hostile pour se dénicher un centre? | Chris Neil affronte les Rangers

Mon texte précédent faisait référence au besoin urgent du Canadien de se procurer un centre de premier plan cet été.

Pas facile comme mission pour l’état-major du CH!

Peu de centres seront disponibles cet été au cœur du marché des agents libres. En fait, le meilleur pivot de cette cuvée se nomme probablement Vadim Shipachyov et a déjà choisi de s’aligner avec les Golden Knights de Vegas…

Niveau transaction, ce n’est jamais de la tarte. Bergevin a lui-même affirmé, dans son bilan de fin de saison, qu’aucune équipe ne serait probablement prête à laisser filer un centre de premier plan.

Il ne reste donc qu’une option mal-aimée au Tricolore : déposer une offre hostile à un agent libre avec restriction.

Bon timing, plusieurs centres qui sont agents libres avec restriction seront disponibles cet été.
RFA

L’autre jour, un fidèle lecteur m’a posé la question suivante : sur quoi se basent les partisans pour déclarer que les offres hostiles nuisent aux relations avec les autres équipes de la ligue?

De toute évidence, les directeurs généraux sont effrayés par cette option. Il y a une loi non-écrite entre les DG, à l’effet qu’il n’est pas très classe de déposer ce type d’offre, et la plupart d’entre eux la respecte en n’en faisant pas.

Si on dit que tendre une perche à un agent libre avec restriction peut nuire à la réputation d’un DG, celui-ci devrait avoir des difficultés à transiger avec ses adversaires par la suite.

Ce qui n’est vraisemblablement pas le cas!

échange

La plupart des équipes ayant été victime d’une offre hostile ont même transigé avec l’équipe adverse lors des trois années suivant l’offre!

Le dépôt d’une offre à un agent libre sans restriction d’une équipe adverse ne semble pas non plus nuire aux relations avec les autres DG, puisque les équipes ayant déposé une offre ont minimalement six transactions par saison lors des trois années suivantes.

La compensation à offrir est toutefois à considérer dans ce scénario. Offrir un gros contrat à un jeune peut coûter énormément de choix au repêchage…

compensation

Le jeu en vaut-il la chandelle?

Lorsque des jeunes du calibre de Leon Draisaitl sont sur ta table, la réponse est oui!

En rafale

– Drôle de décision de Guy Boucher, qui a choisi d’insérer Chris Neil au détriment de Ryan Dzingel, dans sa formation. Pauvre Neil, Glass ne semble pas vouloir danser avec lui!

– Petit média fail comique de la part de TSN.

– Jakub Jerabek a amassé une mention d’assistance tandis que Tomas Plekanec a été l’attaquant le plus utilisé des Tchèques dans la victoire de l’équipe par la marque de 6-1 face au Bélarus.

– Les sept erreurs de Marc Bergevin selon l’éternel hilarant Sportnographe [Le Metro]

PLUS DE NOUVELLES