Le statu quo montréalais

Vous l’avez entendu hier. Marc Bergevin a confirmé que Claude Julien allait être de retour à la barre du Canadien de Montréal en septembre. Notre DG ne considère pas du tout l’option de remplacer son entraîneur-chef.

Le but de l’organisation est encore une fois de remporter la Coupe Stanley se placer en séries.

Cette déclaration (celle sur Claude Julien, pas celle sur l’objectif de faire les séries) a eu l’effet d’une bombe hier sur les réseaux sociaux. Peu nombreux sont ceux et celles qui accueillent cette nouvelle avec enthousiasme, bien au contraire. Ce qui ressort le plus de cette déclaration, c’est que tout indique que personne ne payera pour cette désastreuse saison perdue chez le Canadien.

Le coach sera de retour… le DG semble bien en selle… il a redonné un vote de confiance envers Trevor Timmins et ses recruteurs récemment… le noyau n’a pas été démantelé et reviendra la saison prochaine…

Bref, c’est de la faute à qui ce dégât-là? Et pourquoi personne n’est tenue responsable? Pourquoi personne ne paye le prix? Est-ce que l’on croit vraiment que les blessures peuvent tout expliquer à elles-seules? Sérieux?

C’est ce qui ressort actuellement.

Pour l’instant, c’est un petit peu de la faute à tout le monde, mais pas assez de la faute à personne en particulier.

Comment peut-on oser regarder les partisans/clients en leur disant d’accepter le statu quo? Si vous affichiez de si mauvais résultats dans votre emploi, seriez-vous constamment tenu non-responsable? 

Qu’est-ce que l’organisation fera de concret pour améliorer le produit en vue de la prochaine campagne? Et je ne parle pas d’une section VIP ou d’un hot-dog extra large.

Les jeunes auront-ils un rôle encore plus important la saison prochaine? Seront-ils meilleurs? Cole Caufield ne devrait pas rejoindre l’équipe. Fleury, Kotkaniemi, Poehling, Ylonen et compagnie auront-ils vraiment un rôle important à Montréal?

Il faudra s’armer de patience puisque je n’ai pas l’impression que le Canadien est à quelques mois de flirter à nouveau avec l’excellence.

Réjean Tremblay a confié hier qu’au moins deux membres du conseils d’administration du Groupe CH commençaient à poser de sérieuses questions à Geoff Molson.

Est-ce que Molson parviendra à calmer non pas seulement les interrogations des partisans, mais aussi celles de ses partenaires? Sera-t-il un jour obligé d’embaucher un président? Un VP hockey?

Pour l’instant, tout indique que le portrait sera le même l’an prochain. Patience, vous ai-je dit…

En espérant sincèrement que le CH saura embaucher un vrai gardien de but #2 cette fois-ci durant l’été. Pas que tout était de la faute à Keith Kinkaid ou Antti Niemi, mais ce serait un bon début…

Il faut arrêter de protéger Carey Price. 

Le CH navigue dans une fâcheuse position présentement et ça va prendre plus que deux – trois plans quinquennaux sur papier pour redresser la barre. Mais qu’est-ce que ça va prendre au juste? Ça, on l’ignore encore…

Attention! Je ne dis pas que le coach doit absolument payer. Je dis que quelqu’un doit payer mais pour l’instant, personne ne paiera. #Imputabilité #Responsabilité

Prolongation

– Geoff Molson veut miser sur la stabilité, mais la stabilité après tant d’années d’insuccès, c’est rare (et pas nécessairement bon). On veut être stable quand ça fonctionne, pas l’inverse.

– Conserver Claude Julien peut être vu comme un geste de courage. Mais l’est-ce vraiment?

– Dany Dubé approuve la décision de Marc Bergevin, lui.

PLUS DE NOUVELLES