Montréal vs Calgary ce soir & le Party d’Halloween du CH!

Bon week-end de l’Halloween tout le monde!

J’adore l’Halloween! C’est ma deuxième journée préférée dans l’année, après … le lendemain de l’Halloween quand tous les bonbons sont en spécial!

Moi et mes amis gloutons, on campe devant l’épicerie et on attend que les portes ouvrent le 1er novembre. C’est notre lancement de nouveau I-Phone à nous.

Et pour célébrer la fête des monstres et des dentistes, j’ai décidé de faire un spécial Halloween! Un concept que j’avais essayé l’an dernier et que je vais adapter à la saison actuelle!

Mais avant, quelques nouvelles en vue du match de ce soir!

MONTRÉAL VS CALGARY

Côté gardiens de buts, Joni Ortio obtiendra le départ avec la blessure à Hiller. C’est ce que confirme Marc Denis sur Twitter, avec Ramo comme second.

J’aurais fait commencer Ramo, non? Contre l’équipe qui l’a échangé, il aurait été motivé je crois. De la même manière que j’aimerais voir Byron en uniforme ce soir pour Montréal.

Au moment d’écrire ces lignes, je n’ai pas l’information sur le reste des alignements. Est-ce que Condon va remplacer Price à Calgary? Est-ce que Semin va ré-intégrer la formation? Est-ce qu’on va acheter des plus grosses épaulettes à Byron? Est-ce que Pierre Gervais va arranger l’horloge interne du CH pour dire qu’une partie dure 60 minutes et non 20?

À suivre…

HALLOWEEN

Maintenant, l’Halloween. Voici le concept: je vais comparer le rôle des joueurs du CH au rôle de certains élément dans un party d’Halloween.

À noter que c’est pour le plaisir et que ça n’a rien à voir avec leur vrai party. Et ça va montrer l’opinion que j’ai de chaque joueur depuis le début de la saison.

Donc on se met dans le mood: bienvenu au «faux» party d’Halloween des Canadiens!

Premièrement, Carey Price est l’hôte du party. Plus que ça: Carey est la maison, les décorations, les bonbons, la musique, l’alcool et l’ambiance. Vous connaissez le dicton: «No Carey, No Party.»

Devant la maison, il y a un citrouille Zack Kassian. N’allumez jamais la chandelle dans cette citrouille, ça risque d’exploser. #jokedalcool #PumpkinZack

Brian Flynn, c’est l’ampoule orange dans la salle de bain. Petit rôle, le fait bien. Mais on ne le voit pas souvent, donc on l’oublie.

Torrey Mitchell lui est l’espèce de squelette désigné à faire peu. Tu penses qu’en marchant devant, il va ouvrir les yeux en faisant «non» de la tête avec un petit rire faussement machiavélique. Mais oh! Surprise! Il te fait faire le saut pour vrai! Très surprenant ce Mitchell, plus qu’on le pensait.

Subban a dépensé une fortune pour se déguiser en capitaine de bateau, mais en arrivant au party, Pacioretty a le même déguisement. Subban doit donc changer. Ça le fâche un peu, mais pas assez pour ruiner le party.

DSP et Weise ont décidé de faire un costume à deux. Un costume de duo, c’est une bonne idée au début. Ça marche bien, tout le monde aime ça. Mais plus le party avance, moins on est sur de l’efficacité que le costume va avoir. DSP et Weise sont un cheval à deux. À vous de décider qui est devant et derrière.

Dans ce fameux party, Tom Gilbert est les guimauves d’Halloween. Gros, mou, fade un peu. De temps en temps, il y a un peu de saveur qui sort, mais faut en consommer beaucoup pour espérer ça. Mais bon, en attendant que les autres bonbons soient prêts, ça fait la job.

Qui dit Halloween dit maison hantée poche!

La fameuse porte de garage un peu ouverte avec une cassette de chien qui jappe… Ou le tunnel en carton avec des toiles d’araignées trop épaisses pour qu’on y croit. Et quand t’arrives au bout du tunnel cheap, ça mène au cabanon où il y a un gars qui sort d’en arrière des pneus d’hiver. «BOUH!», mais ça fait pas peur parce que tu l’as entendu arriver… Après qu’il se soit enfargé dans le weed eater en se plaçant.

Une maison hantée décevante et pleine de mauvaises surprises. La maison hantée Semin!

Dans tous les partys, il y a un gars qui se déguise en rien. «Salut, je suis déguisé en moi-même!» ou «Je suis Superman avant qu’il se change» ou une pancarte dans le cou «Ceci est un costume.»

Le gars un peu plate, impressionne personne, mais on est content qu’il soit au party quand même. Pas excitant, mais nécessaire. Fleischmann joue avec une pancarte «Ceci est un joueur de hockey» dans le cou.

Andrei Markov, c’est une poignée de rockets. Vieux… Parfois sous-estimé, parfois pris pour acquis, mais toujours excellent!

Gallagher c’est la boîte de mini-barres de chocolat. Toujours bon, inestimable, efficace. Nécessaire pour que le party soit un succès.

Galchenyuk c’est le suçon rouge qui reste à travers le bol de suçons jaunes. Quelle perle à travers les restants louches.

À ce stade-ci, vous aurez compris que Byron et Pateryn ne sont pas invités au party. Andrighetto s’est fait dire qu’il ne serait jamais invité. Tokarski continue de faire du porte à porte pour des bonbons, déguisé en ange déchu.

Tinordi est le jeu de Ouidja. Certains y croient, d’autres non. Peu importe, il va sûrement finir aux oubliettes, ou on va le donner à quelqu’un pour s’en débarasser.

Souvent, comme c’est le cas cette année, on recule l’heure à l’Halloween, ce qui donne un second souffle au party! L’heure de plus, je la nomme l’heure Condon. Quand le party de Price semble fini, Condon essaie de le prolonger!

Et on ne se mentira pas: souvent, cette heure de plus requiert l’utilisation de son nom de famille, n’est-ce pas?

Un autre classique: un homme qui se déguise en femme! Ça, ça me fait rire. Parce que quand une fille se déguise en homme, elle est toujours un homme distingué.

Monocle, chapeau haut de forme, moustache qui retrousse. «Mes salutations les plus distinguées, mes sirs!» De la classe!

Mais un homme qui se déguise en femme… ouf… comment dire… méga pute!

Un décolleté plein de poil, un maquillage de clown et une mini-jupe tellement courte qu’on lui voit presque «le lunch» sortir.

Le gars qui se déguise en fille, on voit le potentiel de l’idée, mais le résultat est discutable. Eller, ailier gauche de la deuxième ligne, est déguisé en femme.

Au sous-sol, un film d’Halloween joue pour l’ambiance. C’est Chucky, la petite poupée!

Dans mes partys, quand un film joue, les bilingues d’obstinent. Certains le qualifient d’excellent dans sa version francophone, d’autres le trouveraient meilleur si il était en anglais. Les francos l’aiment en français, les anglos l’aiment moins à cause de ça.

Mais dans le fond, la majorité est bilingue. Ne peut-on pas l’apprécier pour le divertissement qu’il offre, peu importe dans la langue qu’il est présenté?

David Desharnais est le film Chucky en français. Écouté en même temps par la gang déguisé en Antichambre et l’autre déguisé en TSN 690.

Dans un party d’Halloween, on retrouve souvent quelqu’un dans un costume trop précis qu’on ne reconnait pas. «Come on, je suis le commis de dépanneur dans Breaking Bad, saison 2, épisode 3!»

Ou en célébrité pas assez connue. «Voyons gang, c’est évident il me semble! Je suis déguisé en Jonathan Pinchaud!»

On aimerait savoir d’avance ce qu’il va nous offrir, mais il nous surprend d’un party à l’autre, positivement ou négativement. On aimerait un peu plus de stabilité dans nos attentes, mais l’effet de surprise rend la chose intrigante et on n’haït pas ça. N’est-ce pas, Emelin Pinchaud?

Beaulieu joue au doorman du party. Il ne ruine pas le party, mais ne le rend pas plus excitant. Sauf que si ça brasse, il ira défendre le party du mieux qu’il peut.

Plekanec est celui qui donne des palettes de chocolat au complet. Il en donne toujours beaucoup. Le problème est que l’Halloween est à l’automne, donc il donne des Mr. Big, des Kit Kats et des Caramilks complètes!

Si l’Halloween était en mai, il donnerait probablement des Aéro à l’orange ou des After Eights. Même si c’est bon, ça laisse un arrière-goût de déception.

Travis Moen est celui qui ouvre la porte aux enfants mais qui donne des raisins secs. Je sais qu’il n’est plus à Montréal, mais je le déteste encore!

Petry est à côté de Moen et donne des paquets de bonbons qui incluent de la réglisse noire, des coeurs de St-Valentin à la cannelle, des Ferrero Rocher et de la vieille gomme mauve au savon.

«C’est quoi ce mélange là Jeff? Faut être gelé solide pour aimer ça!»

Le party est vraiment pris à Montréal en ce début de saison! La musique de l’Ouest est un peu moins bonne et amenuise l’ambiance un peu, mais reste que ce party nous fait vivre de belles émotions à date!

Et ceux qui stressent avec les attentes et les séquences moins festives, ne vous inquiétez pas. C’est le party de Carey Price, on est entre bonnes mains.

PLUS DE NOUVELLES