Le Canadien s’intéresse à Luke Glendening

Hier, au cours de sa conférence de presse, Marc Bergevin a tellement martelé qu’il était pris sous la masse salariale que tout le monde a compris le message : ne vous attendez pas à un coup d’éclat.

Est-ce une simple gestion des attentes? Je ne sais pas, mais c’était évocateur.

Ceci dit, quand on regarde le CH actuellement, on ne peut pas se dire autrement que le Canadien doit ajuster son alignement. Ça ne veut pas dire qu’il faut aller chercher le plus gros joueur disponible, mais bien mettre la main sur un joueur de profondeur qui pourrait aider le club à passer au prochain niveau.

Dans un article publié hier, Eric Engels mentionne que les deux besoins les plus importants du Canadien sont les suivants : profondeur au centre et un défenseur qui bouge bien la rondelle. Pas de débat ici, Eric.

Si on prend le besoin au centre, il est clair que d’avoir un centre capable de gagner des mises en jeu (de façon plus efficace que Jake Evans) et d’aider Phillip Danault dans les missions défensives du club est un aspect qui aiderait grandement Dominique Ducharme. Un tel joueur viendrait régler des problèmes, c’est certain.

La bonne nouvelle? Un tel joueur existe. Il s’appelle Luke Glendening et il joue pour les Red Wings de Detroit.

La meilleure nouvelle? Toujours selon ce qu’on peut lire dans le papier d’Engels, le Canadien serait dans le derby afin de mettre la main sur Glendening.

Si ce nom ne vous dit pas grand chose, laissez-moi vous peindre un portrait de l’homme.

  • Il est un joueur de centre de profondeur. Il fait presque six pieds (5 pieds et 11 pouces) et pèse 191 livres.
  • Il gagne 66 % de ses mises en jeu depuis le début de la saison.
  • Il tire de la droite.
  • À 31 ans, il a huit saisons d’expérience derrière la cravate.
  • En 28 matchs cette saison, il a neuf points, dont trois buts.
  • Il est en fin de contrat et les Wings le bougeront probablement.

À la fin de l’année, son contrat prendra fin et il sera joueur autonome. Il compte pour 1.8 million $ sur la masse de Detroit.

Est-ce que le Canadien pourrait profiter d’un tel joueur? La réponse est oui.

Est-ce que le Canadien est en mesure d’aller chercher un tel joueur? La réponse est aussi oui. Il a les outils pour le faire.

Est-ce que Marc Bergevin le fera? La question se pose.

J’en connais un qui voudrait que ça se fasse. Depuis deux semaines, mon collègue Kevin Vallée nous parle constamment de lui.

S’il veut aller le chercher, le DG du CH devra donner du salaire en retour. Après tout, présentement, il n’est pas en mesure d’aller chercher personne en raison du fait que Ben Chiarot devrait revenir au jeu cette saison. Bergevin doit s’assurer de garder de la place sur la masse salariale en vue de son (potentiel) retour.

Prenons pour acquis, comme l’a écrit mon collègue Maxime Truman ce matin, que Tomas Tatar restera. Prenons pour acquis que Paul Byron n’est pas échangeable en raison de son salaire. Qui est l’option de choix pour offrir aux Red Wings?

Artturi Lehkonen.

Encore ce soir, le #62 mangera du popcorn dans les estrades de Winnipeg. Depuis quelques semaines, il ne semble pas au coeur du plan de match de son entraîneur et son départ ne ferait pas mal au CH – surtout si un centre d’expérience débarque en ville.

Les Wings, eux, mettraient la main sur un gars qui sera agent libre avec compensation cet été. Ils auraient ainsi un jeune apprécié de ses entraîneurs pour aider à la reconstruction.

Autre avantage pour le CH? Artturi Lehkonen gagne 2.4 M$, soit 600 000$ de plus que Glendening. Le CH sauverait ainsi de l’argent pour bouger ailleurs.

Est-ce que je vous ramène mon texte sur « pourquoi le CH doit garder un oeil sur Matias Ekholm » en marge de cette affirmation? Oui.

Si le CH est prêt à donner Lehkonen, il se donnerait des options en vue de l’an prochain puisque son contrat serait hors des livres comptables du club. Un joueur de moins serait aussi à la portée du Kraken de Seattle en marge du repêchage d’expansion… même si le club ne devrait pas choisir un attaquant à Montréal.

Je sais que le CH aime Lehkonen, mais il faut parfois donner pour recevoir. Et si le Canadien veut faire un bout de chemin en séries en cette année importante, Glendening est une bonne option. Je sais aussi que la quarantaine de deux semaines en lien avec son arrivée au Canada serait un frein.

Et ce n’est pas comme si le CH manquait d’options à Laval ou dans l’organigramme pour remplacer Lehkonen, n’est-ce pas?

En rafale

– Êtes-vous d’accord?

– À 10 % du 1000e match.

– Les chances sont relativement minces – selon les parieurs aux livres.

– À quand la LNH dans son cas?

– Il ne devrait pas jouer sous peu, mais il garde le moral. Un vrai pro.

PLUS DE NOUVELLES