Le Canadien n’hésitera pas à envoyer Alexander Romanov à Laval

Laisser le temps aux espoirs d’atteindre leur plein potentiel est un dossier qui ne fait pas l’unanimité. Pourquoi? Parce qu’il n’y a pas de recette miracle.

Certains pensent que de donner du temps de jeu chez les grands à un espoir peut le faire grandir. Pour d’autres, c’est la méthode « Red Wings de Detroit » qui prévaut, soit envoyer un jeune très (trop?) longtemps en bas.

Mais ultimement, c’est de savoir reconnaître ce dont le jeune a besoin qui est important.

Dans un texte des derniers jours, je demandais si Romanov allait commencer la saison à Montréal ou à Laval.

Dans les faits, tout le monde sait qu’il commencera – à moins d’une catastrophe – du côté de la LNH. C’est assez clair.

La vraie question, c’est toutefois de savoir si la Flanelle aura le courage de l’envoyer en bas afin de parfaire son développement si on sent qu’il en a besoin.

À la KK, dans le fond.

Selon Eric Engels, le Canadien n’aurait pas de difficultés à l’envoyer en bas si le besoin s’en faisait ressentir.

Évidemment, ce n’est pas forcément facile d’affirmer cela sans aucun doute. Pourquoi? Parce que le gars a de l’expérience pro et qu’il n’a pas quitté son gros salaire dans la KHL pour aller gagner 65 000$ à Laval. Il a beau déjà avoir dit qu’il serait prêt à passer par Laval, mais on s’entend qu’il se serait fait traiter de tous les noms s’il avait affirmé le contraire, non?

Ceci dit, si la marche est trop grosse pour Romanov, Bergevin n’aura pas le choix. Rappelons par ailleurs que la ligue est furieuse contre ce dernier et le CH pour avoir profité d’une faille afin de signer Romanov.

Ultimement, le camp de Romanov sera important et fera foi de bien des choses.

En rafale

– Il y aura une rencontre importante ce soir.

Et rien n’est encore coulé dans le béton.

– Après Michael Jordan, Tom Brady aura droit à son documentaire. [Attitude Football]

– Rien de moins!

– Un autre report.

– Il voulait participer au camp de développement.

PLUS DE NOUVELLES