Le Canadien est dans l’urgence et doit gagner

Patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage, dixit Jean de La Fontaine.

Le Canadien a débuté une sorte de réinitialisation de son effectif, à l’été 2018, après une saison catastrophique. Alex Galchenyuk et Max Pacioretty sont partis, alors que Max Domi et Tomas Tatar ont fait le chemin inverse.

Malgré le fait que le CH ait raté les séries, ces changements ont porté fruits. N’oublions pas non plus les prises de Kotkaniemi, Suzuki, Caufield et Romanov lors des deux derniers repêchages. Ils auront certainement un impact conséquent sur les résultats de l’équipe lors des prochaines saisons.

Ceci étant dit, les deux joueurs les plus importants du groupe commencent à vieillir. Shea Weber a 34 ans, tandis que Price en a 32.

Le Canadien doit gagner. Pas dans 4,5 ou 6 ans, lorsque les espoirs du club auront atteint leur maturité. La fenêtre du CH pour remporter une coupe est ouverte, et elle le sera pour 2 à 3 saisons.

C’est donc maintenant ou jamais.

Le marché de Montréal est particulier. Les partisans veulent des victoires, et par le fait même des participations aux séries éliminatoires.

C’est la 3e fois en quatre ans que le CH ne fait pas les séries. Ce sera aussi la 3e fois de suite que la troupe de Claude Julien rate le bal printanier, si elle ne réussit pas à se qualifier au terme de la saison régulière.

Geoff Molson, lui, en est bien conscient. Même s’il a rappelé que l’urgence de gagner était belle et bien présente, on ressent dans son discours qu’il appelle tout de même à la patience.

Il y a toujours de l’urgence de gagner, la pression est là sur tout le monde pour gagner (…) Si on regarde les recrues qui s’en viennent et les vétérans qui sont là, c’est une équipe qui a beaucoup de potentiel.

– Geoff Molson

Et si le Canadien ratait les séries, est-ce que Marc Bergevin devra sacrifier son poste ?

Je ne pense pas comme ça, on verra comment ça se déroulera durant la saison.

– Geoff Molson

À quel point les partisans devront être patients ? Il est évident que Marc Bergevin et ses acolytes font du bon travail depuis deux ans. Mais ce n’est presque du jamais vu qu’un DG garde son poste après trois saisons de suite sans séries éliminatoires.

Même Ken Holland y a gouté, alors qu’il a tout gagné avec les Red Wings.

L’équipe traverse actuellement l’une des pires séquences de son histoire.

Si jamais le CH ratait les séries, Geoff Molson devra agir en conséquence.

Et qu’en est-il de Claude Julien ?

La saison qui arrive sera vraiment palpitante à suivre, à Montréal.

En rafale

– Myers veut occuper un plus grand rôle chez les Flyers. (NHL)

– WOW !

– À lire.

PLUS DE NOUVELLES