Le Canadien doit vendre, mais il n’a rien à vendre

On dit que le Canadien doit vendre… mais qu’a-t-il à vendre, ce Canadien? Hormis Carey Price et Shea Weber, qui ont encore quelques années à leur contrat respectif, il n’y a personne d’attrayant et ceux qui le sont, comme Phillip Danault ou Brendan Gallagher, ne sont pas placés devant la vitrine (ou ne seront certes pas placés devant celle-ci). À moins que Tomas Tatar soit un élément à échanger contre de bonnes pièces en vue du futur? Quoique Tatar n’est pas un joueur de location. Ah oui! Il y a peut-être Ilya Kovalchuk qui pourrait augmenter sa valeur d’ici la date butoir, mais jusqu’à quel point?

Bref, si l’on se concentre uniquement sur les futurs agents libres sans compensation en vue du 1er juillet prochain, il n’y a rien de rayonnant à Montréal. Donc, si Marc Bergevin se range du côté des vendeurs, ce n’est pas avec Nate Thompson qu’il récoltera de bons morceaux. Comprenez-moi bien, l’expérience de Thompson, qui a 35 ans, et son contrat qui se termine en juillet, seront certes séduisants, mais en retour de… peu. Qui ne voudrait pas d’un spécialiste des mises en jeu pour un long parcours en séries?

Le meilleur exemple, Thompson s’est amené à Montréal l’an dernier comme joueur de « location » et il a été obtenu en retour d’un choix de quatrième ronde en 2019. Dans la transaction, le DG montréalais avait également reçu un choix de cinquième ronde. Comme vous voyez, Thompson n’est pas une « grosse » vente. Par contre, si Bergevin obtient un choix de quatrième tour pour les services du vétéran joueur de centre, ce sera ça de plus dans la banque du Canadien.

Dale Weise deviendra lui aussi libre comme l’air à partir du 1er juillet… Ça vaut quoi, un Dale Weise? Un choix de septième tour en 2032?

Il y a aussi le nouveau venu, Marco Scandella, qui écoule la dernière année de son contrat actuel, lui qui affiche un salaire moyen de 4 millions de dollars.

Constat : les joueurs à louer sont des gars de soutien (Thompson et Weise) et deux nouveaux venus (Kovalchuk et Scandella), qui devaient améliorer le groupe actuel du Canadien de Montréal.

Sinon, Carey Price, Shea Weber, Tomas Tatar et Jeff Petry qui avancent en âge et qui souhaitent gagner à court terme demeurent des candidats pour rajeunir l’équipe avec de jeunes talents, d’espoirs de premier plan ou de choix.

Tatar et Petry sont certes plus faciles à bouger que les deux autres, qui détiennent des contrats très lourds. 

En rafale

– La famille Thompson s’assure que Nick Suzuki ne manque de rien.

– Pas mauvais du tout, ce petit club-là.

– Alex Belzile est déçu, mais confiant pour l’an prochain.

– Je suis d’accord avec ça.

– Le repos du guerrier. Jean Pascal le méritait tellement.

PLUS DE NOUVELLES