L’ancien entraîneur de Jake Evans croit qu’il est plus qu’un joueur de quatrième trio

Depuis le début de la saison, Jake Evans montre de très belles choses en tant que pilote du quatrième trio et de la première vague de désavantage numérique. À 24 ans, son éclosion se fait tarder… Mais le jeune joueur a toujours été un peu derrière dans sa courbe de progression. Plutôt un late-bloomer qu’un joueur surdoué qui explose dès son arrivée dans un nouvel environnement.

Ç’a été le cas dans le Junior A, où il a eu besoin de quelques coups de pied au derrière pour arrêter de se traîner les pieds… Et à Notre Dame, où il n’a pas eu un gros impact à sa première saison. 

Quelques saisons plus tard, son ancien entraîneur dans la NCAA a livré des commentaires très intéressants à Nicolas Cloutier (TVA Sports) dans une longue entrevue publiée sur leur site web.

Lorsque questionné à propos de son rôle à Montréal, Jeff Jackson est clair et voit une certaine tendance se répéter. Evans est efficace, fait bien les petites choses dans un rôle réduit… Or, il finira par s’habituer et à mener davantage la charge. C’est en gagnant de la confiance qu’il s’améliore, et sa carrière dans la LNH n’est vieille que de 25 matchs.

« Avec le temps, ses entraîneurs vont réaliser qu’il est vraiment responsable défensivement, mais qu’il peut aussi élever le jeu de ses compagnons de trio s’il évolue avec des joueurs capables de marquer. »

Peut-être aura-t-il la chance de le démontrer cette saison, si l’un des premiers centres se blesse et laisse un trou dans l’alignement partant. Qui sait ce qu’il serait en mesure de faire avec Tyler Toffoli, Brendan Gallagher ou Tomas Tatar à ses côtés?

En tout cas, Jackson ne doute pas. «Je crois qu’il a ce potentiel d’être plus qu’un joueur de quatrième trio.» 

Tout dépendra également de la situation contractuelle de Phillip Danault. S’il devait quitter Montréal et que Evans avait montré des belles choses au courant de la saison, il aura peut-être la chance de devenir ce centre de troisième trio. Après tout, il demeure un joueur très complet dont le coup de patin n’est plus du tout une lacune.

Je vous invite à lire le papier complet de Nicolas Cloutier, rempli de bonnes informations et d’anecdotes sur la recrue du CH.

En Rafale

– À garder un oeil.

– Robert Thomas sur la touche.

– Scott Sabourin au ballottage.

 

 

PLUS DE NOUVELLES