La pression de Montréal a atteint Marc Bergevin

Si Montréal a vécu des secousses cette saison (ou lors des dernières années), il ne faudrait pas croire que Marc Bergevin a vécu le tout sans en être affecté. Après tout, il reste un humain comme tout le monde.

Selon ce que rapporte TVA Sports, basé sur les propos recueillis par Elliotte Friedman, Marc Bergevin a vécu des moments très difficiles dernièrement. Une rumeur circulait même à l’effet que le DG aurait songé à quitter son poste, rien de moins. Certains auraient célébré ce fait n’est-ce pas?

Cela dit, Bergevin a rectifié quelque peu les choses. Il a avoué que le fait d’être dans une période de changements comme le CH l’est présentement est parfois difficile, surtout lorsqu’un paquet de problèmes arrivent, mais qu’il n’avait jamais eu l’intention d’abandonner.

 Je le prends personnel. J’ai passé des nuits blanches et, habituellement, je dors assez bien. Mais tu prends du recul, tu parles à des gens dans ton entourage et tu te dis : « Ok, c’est bon. Je vais bien aller. »

«Alors, abandonner? Non, a tranché Bergevin, mais il y a eu des temps difficiles.»

C’est tout à son honneur de persévérer dans l’adversité. En même temps, si être DG dans la LNH n’est pas chose facile, dans un marché comme celui de Montréal c’est une tout autre paire de manches. Que ce soit le poste de DG, d’entraîneur ou de joueur, la pression est fortement différente d’ailleurs de par l’histoire du club ainsi que le marché où il se trouve.

C’est d’ailleurs quelque chose que Bergevin reconnaît et il avoue que cela peut avoir une influence palpable sur la venue ou non d’un joueur dans la métropole. Tout en rectifiant, et ça c’est tout à son honneur, que cela ne veut pas dire que le joueur est faible.

«[Jouer à Montréal], ce n’est pas pour tout le monde, a reconnu Bergevin. Ça ne veut pas dire que le joueur est fragile mentalement.

La pression est énorme et ça n’explique pas tout… Toutefois, ça fait partie de l’équation. Oui plusieurs joueurs connaissent du succès une fois à l’extérieur de Montréal. Oui, Montréal aimerait que son équipe performe et gagne comme à l’époque des Glorieux. Mais il y a une multitude de facteurs à prendre en ligne de compte puis on ne peut jamais avancer plus vite qu’il ne nous l’est permis. Probablement que certains veulent toujours la tête de Claude Julien ou de Marc Bergevin. Après tout, il faut toujours un coupable…

Marc Bergevin n’a pas quitté de lui-même, mais serait-il possible qu’on lui indique la porte lors de l’entre-saison? Tout dépend de Geoff Molson et d’à quel point il croit au plan de son DG, mais aussi des petits pas de tortue qui ont eu lieu jusqu’à présent.

En rafale

– Déjà un retour à Ottawa pour Jean-Gabriel Pageau.

– Joël Bouchard a réalisé quelque chose d’important.

– Quatre à six mois d’absence pour Brett Pesce.

– Monsieur Barnaby avait pris un peu trop de bière.

– Steph Curry semble en pleine forme.

PLUS DE NOUVELLES