La machine à rumeurs : un résumé de tout ce qui circule

Le 1er juillet, c’est dimanche. Un dimanche, où moi est mes collègues seront collés sur une chaise à suivre (et écrire) les activités de cette période d’autonomie qui s’ouvrira. Tout le monde est excité, mais n’oubliez une chose : Marc Bergevin nous a souvent surpris… du côté obscur ou négativement. Cette fois-ci, on souhaite que ce soit différent, mais on parle davantage d’attitude que de talent. Le Canadien ne va-t-il pas un peu loin avec ce type de t-shirt là?

Tous les jeunes au camp de perfectionnement portent ce chandail avec le mot ATTITUDE en lettres majuscules. Incroyable!

Bref…

Ailleurs dans la Ligue nationale, les réunions de John Tavares avec les cinq organisations, excluant celle des Islanders, sont terminées. La balle est désormais dans la mitaine de Tavares et ce sera à lui d’opter pour l’endroit où il se sentira chez lui… et surtout, où les chances de gagner seront plus élevées qu’à New York.

En défensive, avec la signature de John Carlson, le marché est pas mal moins alléchant. Le dossier Erik Karlsson demeure toujours le plus brûlant, avec ceux de Pacioretty et Tavares. Selon toute vraisemblance, Karlsson n’amorcera pas la saison à Ottawa… Je doute toujours! Quoique Greg Pateryn semble attirant et pourrait même décrocher un contrat de 2 millions de dollars au Minnesota.

À Chicago, le nom Justin Faulk circule à outrance. Stan Bowman semble en faire sa priorité afin d’améliorer sa brigade défensive. On parle aussi de Cam Ward chez les Blackhawks. Donc, si Ward se ramasse à Chicago, les Sabres, qui ont tassé Robin Lehner de l’équation, se tourneront-ils vers Carter Hutton?

Pendant ce temps-là, les noms associés le plus fréquemment au bleu-blanc-rouge sont ceux de Antoine Roussel et Tomas Plekanec. Des gars avec de l’ATTITUDE de winner.

En rafale

– Rappel : je déteste ce genre de remarque… Ce n’est pas rose chez les Sénateurs d’Ottawa en ce moment.

– La réponse est un gros OUI.

– Le conte de fées est terminé.

– Eugénie Bouchard, on a le droit d’être content pour elle.

– Ce n’est pas le type de blessure que l’on souhaite lorsqu’on est rappelé.

PLUS DE NOUVELLES