La dépression frappe plus fort que jamais dans la LNH

Depuis un an, notre moral collectif est à son plus bas. La situation de la pandémie n’est pas facile pour personne et ce n’est pas différent pour les joueurs de la LNH.

Oui, ils sont riches. Oui, ils ont la chance de travailler malgré la présence du virus. Ceci dit, ils ne l’ont pas eu facile. Entre les bulles de Toronto/Edmonton (ce qui n’a pas été facile pour tout le monde) et la reprise cette année sous de strictes conditions, les gars ont fait de gros sacrifices. Sur la route, ils ne peuvent rien faire et ils doivent limiter leurs déplacements. Même chose à la maison, d’ailleurs.

Mais ce n’est pas tout. Non seulement les gars sont limités dans leurs contacts, mais leurs proches aussi. Les épouses et enfants des joueurs ne peuvent pas sortir non plus, question de ne pas contaminer le joueur.

Ça rend forcément le tout plus difficile sur les joueurs et leur moral. Pensez-vous que Jesperi Kotkaniemi ou Joel Armia se sent bien en sachant qu’il a tout fait basculer à Montréal et à travers le pays (au niveau de la LNH seulement, évidemment) en contractant le virus?

Bref, les gars ont tous leurs défis à surmonter dans de telles conditions. Cela les affecte forcément dans le quotidien.

C’est la raison pour laquelle Allan Walsh affirme que de plus en plus de joueurs sont affectés par la dépression cette saison dans la LNH.

Rappelons que Jonathan Toews est encore absent en raison d’un manque d’énergie. Y a-t-il un lien?

Imaginez les familles de la Floride, par exemple. Là-bas, tout est ouvert, mais le protocole de la LNH empêche les femmes des joueurs de sortir, même si l’équipe est sur la route.

Les joueurs doivent vivre avec des problèmes d’isolement et d’anxiété. – Walsh

C’est valide pour tout le monde en confinement, mais ce l’est aussi pour les athlètes. Ils ont de nombreuses responsabilités et ils se doivent, pour leurs coéquipiers, d’être irréprochables. C’est de la pression, ça.

Et comme ce n’est pas tout le monde qui est capable d’aller chercher de l’aide, certains restent pris avec ça.

En rafale

– Aucun changement à Montréal : KK et Armia sont les seuls joueurs sur la liste de la COVID-19.

– Comme si les Sabres avaient besoin de ça.

– Jacques Martin est de retour avec les Rangers.

– Samuel Morin rappelé sur l’escouade volante des Flyers.

– Un fan de Carey Price s’est fait tatouer son masque. [HF]

– Tolérance zéro à Seattle, dans le junior.

PLUS DE NOUVELLES