Jordan Binnington mérite-t-il le Conn Smythe ?

Les Blues reviennent de loin. De très loin, même. Rappelons-nous qu’au début de l’année 2019, la bande d’Alex Pietrangelo sombrait dans les abysses du classement général, ce qui rend leur épopée printanière encore plus impressionnante.

Ils sont en mode « séries » depuis le mois de janvier, eux…

Évidemment, ils ne se seraient jamais rendus en séries éliminatoires sans le brio de Jordan Binnington.

Sorti de nul part, le jeune gardien a gagné 24 de ses 30 matchs lors du calendrier régulier, tout en affichant une moyenne de 1.89 et un pourcentage d’efficacité de .927%.

Sauf que, depuis le commencement du bal printanier, Binnington connaît des performances un peu moins brillantes.

Il est vrai qu’il a été bon, et même excellent lors du premier tour contre les Jets de Winnipeg. Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes, lui qui présente une moyenne de 2.46 et un taux d’efficacité de .913%.

Or, et même s’il peut devenir la première recrue – chez les gardiens – à enregistrer 16 victoires lors des séries, ses statistiques ne sont pas dignes d’un « MVP » des séries.

Lorsqu’on regarde les gardiens récipiendaires du Conn Smythe depuis le début du siècle, le « pire » a été Cam Ward, qui a enregistré une moyenne de 2.14 et un taux d’arrêts de .920%, en 2006.

Depuis 2010, seuls deux gardiens (Tim Thomas et Jonathan Quick) ont remporté le titre de meilleur joueur des séries, et ils avaient tous deux accumulé une efficacité de plus .940% et une moyenne en bas de 2.00.

Même s’il a été bon durant les séries, Binnington ne mérite pas le Conn Smythe. Jaden Schwartz, Ryan O’Reilly, Vladimir Tarasenko ou encore Alex Pietrangelo semble être des choix bien plus logiques…

En rafale

– Chara va mieux.

– Pauvre ramasseur de balle…

– Ne jamais perdre espoir.

PLUS DE NOUVELLES