Jonathan Drouin a fracassé son bâton à l’entraînement

On apprécie tous le travail acharné de Jonathan Drouin jusqu’ici, lui qui démontre à quel point il a du caractère. Puis ça, il en possède. À la suite d’un camp d’entraînement laborieux, où il a dû essuyer une pluie de critiques, le numéro 92 a rebondi dès l’amorce de la saison. Dès la première rencontre, contre les Hurricanes de la Caroline, il a été sans contredit le meilleur élément sur la patinoire en jouant avec beaucoup de passion et de conviction.

Jonathan Drouin est en train de livrer la marchandise et répondre aux exigences que le Canadien et les amateurs avaient envers lui. 

Le Tricolore a sept rencontres derrière la cravate et Jo Drou présente une fiche de deux buts et cinq mentions d’aide, bon pour une moyenne d’un point par match. Claude Julien l’utilise en moyenne 16 minutes 31, ce qui n’est peut-être pas beaucoup à nos yeux… mais il performe bien en jouant peu de minutes. Peut-être que s’il jouait en moyenne 19 minutes, il ne serait pas aussi efficace. Quoique…

Bref… tout ce brouhaha me guide à ceci : Selon les informations livrées par Andy Mailly-Pressoir via l’émission Les Partants, lors de l’entraînement matinal du Canadien de Montréal, une pratique peu intense, où la priorité pratiquait les unités spéciales, Drouin s’est énervé. Ça, j’aime ça! Peu de temps après l’amorce de l’entraînement, il s’est fâché. Il a cassé son bâton et il a quitté l’entraînement frustré que ça ne fonctionne pas comme il le souhaitait. Il a récupéré un bâton, tout en boudant quelques instants sur le banc, et il est revenu. Ça, on appelle ça de la passion. Rien de moins.

Ce n’est rien de négatif, car ce type de réaction démontre à quel point un joueur est impliqué dans sa game. Combien de fois pensez-vous que Sidney Crosby en a « pété » des bâtons? Une tonne de copies. Si Drouin n’était pas impliqué et qu’il s’en foutait, il ne réagirait certes pas de cette façon. Pouce levé à Jonathan Drouin, qui a eu ce fameux déclic au bon moment.

En rafale

– Max Domi produit, peu importe qui se retrouve sur ses ailes. Ça démontre à quel point le numéro 13 est bon.

– Ce but a été accordé parce que la rondelle n’a pas « reculée ».

– Voici le premier état des forces de la LHJMQ pondu par RDS.

– Parlant de la LHJMQ, voici les trois surprises de Mik Lalancette.

– Dans mon langage, il n’y a jamais de petites victoires.

– C’est vrai que Ryan Reaves est terrifiant.

PLUS DE NOUVELLES