Jesperi Kotkaniemi veut être un peu plus « égoïste »

L’an dernier, à 18 ans, Jesperi Kotkaniemi a amorcé son parcours professionnel avec le Canadien de Montréal. Sa vitesse d’exécution et sa facilité dans les zones restreintes lui ont permis de réaliser ce grand saut. Offensivement, on lui reprochait de trop distribuer la rondelle, lui qui possède un lancer foudroyant, qu’il a peut-être peu utilisé en 2018-19. Le Finlandais en est d’ailleurs pleinement conscient puisqu’il a lui-même avoué qu’il se devait d’être plus « selfish » (égoïste).

Je pense que l’année dernière, j’ai eu beaucoup de bonnes occasions de marquer et je ne les ai pas trop utilisées. J’ai essayé de passer trop souvent. Cette année, j’espère marquer un peu plus. – KK

KK s’est vu octroyer le poste de 3e pivot du groupe, donc il s’est davantage concentré sur l’aspect plus défensif de la game. À seulement 18 ans, être joueur de centre au niveau de la Ligue nationale, c’est toute une mission de tenir un rôle aussi capitale. Ton cerveau réfléchit sans arrêt, tu dois modifier ton style de jeu, ce qui peut, au final, étouffer le côté offensif.

Pendant la saison estivale, il ne s’est pas concentré uniquement sur l’aspect cérébral, il a peaufiné son arsenal d’outils offensifs afin de débarquer en septembre et amener celles-ci à un autre niveau. Oubliez la guigne de la 2e année, Kotkaniemi n’a qu’une seule chose en tête : performer offensivement. Il a apprivoisé son nouvel environnement et son cerveau réfléchira certes moins avec une année derrière la cravate. Ce ne sont pas des données négligeables.

Néanmoins, le numéro 15 a dirigé pas moins de 134 tirs vers les gardiens adverses, soit tout juste derrière Elias Pettersson, qui a terminé au premier rang chez les recrues pour les lancers au filet. KK a eu un pourcentage de réussite de 8,2%. Cette statistique sera « facile » à améliorer en 2019-20. Cette facette se retrouve fort probablement sur son planning estival.

Bref, Kotkaniemi est débarqué à Montréal de la Finlande l’an dernier. On parle d’une nouvelle culture à laquelle il s’est bien adapté, mais où il a rencontré quelques obstacles pour forger la personne qu’il est en train de devenir.

En rafale

– Voici un entretien avec Charles-David Beaudoin, qui évolue au sein de l’organisation du Moose du Manitoba. Un parcours chaotique d’un vrai guerrier!

– Dmitrij Jaskin a signé un accord d’un an avec le Dynamo de Moscou.

– Le club-école des Flames a ajouté à son alignement le frère de Johnny Gaudreau.

PLUS DE NOUVELLES