Jesperi Kotkaniemi n’était même pas censé jouer à Montréal avant 2020

Lorsque le Canadien a sélectionné Jesperi Kotkaniemi au troisième rang il y a un an, plusieurs partisans ont été surpris. Très surpris même!

 

Et l’on ne peut pas classer ça dans la catégorie des surprises agréables, disons-le ainsi.

Cette fan ne voyait clairement pas Kotkaniemi comme étant le troisième meilleur joueur de l’encan l’an dernier!

Kotkaniemi s’est pointé au camp de développement de l’équipe quelques jours plus tard, et il a été bon. Sans plus.

Il est ensuite retourné en Finlande, avant de revenir en Amérique pour le camp des recrues… puis éventuellement le vrai camp d’entraînement du CH.

Et là, surprise! Il a tellement été bon qu’on lui a fait une place dès octobre 2018.

Il a piloté le centre du troisième trio et il a terminé sa première campagne, à 18 ans et des poussières, avec 34 points en 79 rencontres.

Le fait qu’il n’ait pas reçu un seul vote pour le trophée Calder ne doit pas inquiéter les fans. Combien de joueurs dominants n’ont pas remporté le Calder?

Beaucoup!

Ceci dit, Kotkaniemi a connu plus de succès au Centre Bell qu’à l’étranger… et il a été plus efficace durant la première moitié de la saison (vs la fin de la saison). À son âge, c’est normal… et il doit se muscler un peu (ce qu’il fait présentement).

Or, François Gagnon a confié quelque chose de super intéressant concernant Kotkaniemi ce matin.

Selon Gagnon, les recruteurs de l’équipe ne voyaient pas Kotkaniemi percer la formation montréalaise avant l’automne 2020 lorsqu’ils l’ont sélectionné.

Bref, en l’espace de quelques mois, Kotkaniemi aura accéléré son développement de deux ans!

Et il aura envoyé Tomas Plekanec en Europe plus tôt que prévu!

Kotkaniemi n’était pas considéré comme étant aussi NHL ready que Brady Tkachuk, Rasmus Dahlin ou Filip Zadina Andrei Svechnikov.

Alors ce qu’il faut retenir dans le cas de Kotkaniemi, c’est qu’il s’est développé à une vitesse fulgurante au cours des 12 derniers mois.

Espérons que ça se poursuivra… et que le développement du choix de première ronde de l’équipe ce soir sera lui aussi très rapide.

Quoique ce dernier ne jouera clairement pas dans la LNH en octobre…

Conclusion : C’est aux joueurs de forcer la main aux entraîneurs et aux dirigeants en connaissant un excellent camp d’entraînement. De la place, on peut toujours en trouver! #ThatsIt

En rafale

– Alex Galchenyuk semble heureux avec sa copine et sa nouvelle vie en Arizona. #Cool


(Crédit: Instagram)

– La conjointe de Josh Gorges est une entraîneuse physique! Disons qu’elle est en (grande) shape!

– Le début de la fin?

– Les joueurs des Rays ne tripent pas sur l’incertitude liée au futur de l’équipe.

PLUS DE NOUVELLES