Jesperi Kotkaniemi n’aurait pas dû directement faire le saut dans la LNH

Jesperi Kotkaniemi est un préféré des amateurs depuis qu’il s’est fait repêcher par le Canadien en 2018. Son sourire contagieux est aimé par tout le monde, et c’est un peu difficile d’avouer le contraire.

Cependant, c’est beau de voir son enthousiasme et qu’il apporte des émotions agréables à l’aréna, mais son jeu sur la patinoire inquiète. Les performances qu’il offre dernièrement (aucun but à ses 18 derniers matchs) ne sont pas dignes d’un troisième choix au total dans la LNH.

Faut-il s’inquiéter? Pas nécessairement. Pas pour le moment, en tout cas.

Le problème avec KK est qu’il a été propulsé dans la grande ligue de façon beaucoup trop rapide. Il n’était pas prêt à jouer dans le show lorsqu’on lui a demandé de le faire. Il était encore en train de se développer, et ça, c’est très difficile de le faire en jouant avec les hommes de la LNH.

Si vous êtes un joueur encore en développement et que vous êtes pressé dans la LNH, la ligue affectera votre confiance. Par conséquent: la LNH n’est pas une ligue où vous vous développez. Vous devez avoir les fondamentaux. – Ken Holland 

S’il y a bien quelqu’un qui sait quelque chose sur le sujet, c’est bien Ken Holland. L’ancien DG des Wings a partagé une philosophie à Détroit, qui était de laisser tout le temps au monde à leurs jeunes et les laisser jouer dans une ligue inférieure (LAH ou en Europe) afin qu’ils puissent prendre le temps de se développer à leur rythme.

Et la stratégie aura fonctionné, puisqu’Holland aura participé au succès qu’a connu l’équipe pendant 25 saisons consécutives, soit de se qualifier pour les séries.

Il est là, le problème. Avant de s’amener en Amérique du Nord, Kotkaniemi n’avait qu’une seule saison passée chez les pros sous la cravate ; il avait évolué avec le Porin Ässät en 2017-2018, où il avait amassé 10 filets et 19 mentions d’aide pour un total de 29 points en 57 rencontres.

Aurait-on dû le laisser mûrir en Finlande avant de l’amener faire le saut chez les professionnels? Facile à dire, presque trois ans trois plus tard.

KK n’a d’ailleurs jamais eu la chance de porter les couleurs de son pays au Championnat du monde de hockey junior. Une expérience du genre peut aussi s’avérer importante pour le développement d’un jeune joueur.

Mais, ce qu’il faut comprendre, c’est que certaines aptitudes de notre joueur finlandais peuvent être plus longues que d’autres à se développer complètement.

Il a de la taille, un bon coup de patin et une grande portée. Ce sont de grands atouts, mais aussi un handicap lorsqu’un joueur est encore en train de maturer physiquement tout en évoluant dans le trafic.

Difficile d’affirmer le contraire.

Nous ne sommes pas en train d’affirmer que Jesperi Kotkaniemi n’est pas bon, loin de là. Mais, il y a beaucoup de questions sans réponse en ce qui concerne son développement en tant que joueur de hockey.

En même temps, certains ont besoin de plus de temps que d’autres pour s’établir dans la LNH. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas peser sur le bouton panique pour le moment.

En rafale

– En parlant de Kotkaniemi, il est important de ne pas le comparer à un gars comme Jake Evans. La différence d’âge est tout simplement trop grande.

– Anecdote cocasse concernant le repêchage. [TSLH]

– Le dossier de l’heure.

Tito est en feu par les temps qui courent.

PLUS DE NOUVELLES