Jakub Voracek a envoyé promener un journaliste après le match des Flyers

Les Flyers de Philadelphie ont bien débuté leur calendrier 2021. Victorieux deux fois en autant de matchs contre les Penguins de Pittsburgh, les hommes d’Alain Vigneault a inscrit pas moins de onze buts en 120 minutes de jeu. Tout va bien sur la patinoire!

Or, c’est en dehors de celle-ci que l’équipe fait présentement face à une petite controverse.

Jakub Voracek, qui compte deux points depuis le lancement de la campagne, s’en est pris directement à un journaliste qui venait de lui poser une question.

Alors qu’il était en visioconférence, Voracek a pris la parole et a répliqué au journaliste que peu importe ce qu’il répondait, celui-ci écrirait de la merde. Avec un f-word devant le mot merde.

Il a ensuite entrepris de répondre à la question, puis s’est rétracté et a à nouveau envoyé un jab à son « vis-à-vis » en le traitant de belette.

Un petit caneton polisson.

J’ai tenté de trouver le fond de cette histoire. Après tout, j’aimerais bien savoir ce qu’a fait ce travailleur de l’information pour ainsi provoquer l’indignation de Voracek. Selon certains commentaires qu’on a pu retrouver sous les différentes publications de la vidéo (donc à prendre avec un grain de sel), le journaliste en question aurait déjà fait mention dans un article qu’Alain Vigneault devrait confiner le Tchèque au quatrième trio parce qu’il se serait moqué de son entraîneur.

Les autres joueurs des Flyers seraient ensuite venus à la défense de leur coéquipier, mentionnant qu’il n’y avait rien de vrai dans cette histoire et que Voracek n’avait jamais ri au visage de Vignault.

Autant est-ce que je ne peux pas encourager qu’un joueur s’en prenne verbalement à un journaliste alors que les caméras sont braquées sur lui, je ne peux pas non-plus taire la vérité : il y a eu énormément de réactions positives. Ça fait jaser de hockey à une échelle qui dépasse les partisans de la LNH dans les bulletins sportifs.

Je suis le premier à souvent qualifier la LNH de ligue beige. En d’autres mots, une ligue dans laquelle les déclarations choquantes ne sont pas vraiment choquante et dans laquelle les joueurs sortent toujours la même cassette après chaque match. C’est à peine si les joueurs mécontents de leur utilisation ne sont pas forcés d’utilisé le code morse avec leurs yeux après les matchs pour indiquer aux médias ce qui ne va pas.

Je sens qu’on va avoir beaucoup de plaisir durant cette saison COVID-19.

En rafale

– C’est jour de match!

– Espérons que Couturier ne sera pas tenu loin de la glace sur une longue période.

– Quand on parle d’une statistique nichée…

– Votre dose matinale d’Alexander Romanov. Aussi nécessaire que votre café.

– Ça se prend bien!

PLUS DE NOUVELLES