Jaccob Slavin est le défenseur le plus sous-estimé de la LNH

Depuis maintenant quelques années, j’attends avec impatience l’éclosion des Hurricanes de la Caroline. Sans trop savoir pourquoi, j’ai toujours aimé cette équipe. Par contre, en vue de la saison 2018-2019, j’avais presque abandonné mes espoirs de voir cette formation sous-estimée se lever. Dans notre article de prédictions, au début de la saison, j’avais classé les Hurricanes hors des séries éliminatoires pour une première fois en trois ans.

L’échange de Noah Hanifin et Elias Lindholm aura finalement payé pour la Caroline, qui a terminé au septième rang de l’Est pour se classer en séries. Vous connaissez maintenant le reste de l’histoire : hier soir, les hommes de Rod Brind’Amour ont causé la surprise en éliminant les champions en titre de la Coupe Stanley.

Tout au long de ce match, au-delà du système extrêmement efficace de l’équipe, je n’ai pas pu m’empêcher d’observer le jeu de Jaccob Slavin, défenseur que j’adore depuis son arrivée dans la LNH. Il ne fait pas souvent les manchettes puisqu’il ne se démarque pas de façon particulière sur la feuille de pointage, mais ses habiletés défensives sont exceptionnelles. Ayant bloqué un total de 133 tirs cette saison, l’Américain est une véritable force dans les trois zones pour contrôler le jeu, envoyer les rondelles hors des zones dangereuses et freiner l’élan de ses adversaires.

Hier soir, le travail effectué avec son bâton a empêché de nombreuses chances de marquer potentielles des Capitals.

Et s’il n’a récolté que 23 mentions d’aide en saison régulière, ses talents de passeur sont sous-évalués et ç’a paru en première ronde. En 7 matchs, Slavin s’est fait complice de 9 buts, égalant ainsi la marque établie par Erik Karlsson lors du match #7 contre les Golden Knights. On vous rappelle que dans l’histoire de la LNH, seuls Paul Coffey et Al MacInnis (11) ont réussi à faire mieux.

À mes yeux, Slavin est le défenseur le plus sous-estimé de la LNH, et certainement le joueur le plus important des Hurricanes.

L’arrière de 24 ans se rapproche énormément de la définition initiale de la position de défenseur. Il n’a peut-être pas inscrit 84 points comme Brent Burns, mais il sait défendre et utilise son intelligence pour faciliter la tâche de ses coéquipiers sur l’entièreté de la patinoire.

Jaccob Slavin est définitivement un joueur qu’on gagne à connaître. Si le petit marché de la Caroline ne lui a pas permis de briller à sa juste valeur, espérons que les présentes séries éliminatoires sauront mettre les pendules à l’heure et lui donner le crédit qui lui est dû.

En Rafale

– Bonne fête, Alexei!

– Wow.

– Je ne crois pas que John Tavares regrette sa décision.

– John Tortorella commente le match simulé tenu à Columbus.

– Trois joueurs des Capitals rejoindront vraisemblablement la Russie aux Mondiaux.

PLUS DE NOUVELLES