Ilya Kovalchuk joue la « game » d’aimer Montréal

Qui n’est pas emballé par l’arrivée d’Ilya Kovalchuk chez le Canadien de Montréal? Arrêtons de penser seulement à son potentiel futur départ (quoique je doute de plus en plus qu’il quitte), et soyons plutôt enchantés de l’électricité qu’il donne au Canadien de Montréal depuis qu’il enfile ce prestigieux uniforme. Depuis qu’il est un membre de cette prestigieuse Sainte-Flanelle, tout le monde parle de lui, s’achète des chandails arborant le numéro 17, même s’il n’est que fort probablement de passage.

À ce sujet, celui de Kovy 2.0, Ray Lalonde (sur les ondes du 98,5) s’est prononcé à son sujet et j’ai trouvé cela un tantinet bizarre lorsqu’il a indiqué que Kovalchuk jouait la « game » d’aimer Montréal. Donc, il fait semblant d’apprécier son passage à Montréal, si je comprends bien?

«Ce que Kovalchuk nous offre actuellement, c’est quelque chose qu’on n’a pas eu depuis longtemps à Montréal. C’est une étincelle. Non seulement il semble très heureux ici; il joue «la game» d’aimer Montréal, de s’impliquer dans la communauté, d’être visible en dehors des heures de glace. C’est très positif tout ça et en plus il embarque sur la glace et il produit.» – Lalonde

Peu importe s’il joue une game ou non, il change le dynamisme de cette équipe et Marc Bergevin doit dormir de courtes nuits à cause de cette situation : je le garde pour les fans ou je l’échange pour le futur? Le 24 février, que fera monsieur Bergevin avec cet élément soudainement « source de stress »? Lalonde a évoqué deux options pour le Canadien au sujet du numéro 17 :

«Le Canadien a deux options: monte la valeur tout de suite et essaie de le renégocier pour l’échanger à une autre équipe qui cherche le petit morceau pour atteindre la Coupe Stanley ou garde-le, resigne-le, tu sais qu’il lui reste peu de temps en termes de productivité: un an ou deux maximum.» – Lalonde

Selon la logique de Lalonde, le Canadien doit conserver Ilya Kovalchuk cette année et au moins une autre saison :

«L’option de le garder n’est même pas une question. Le Canadien a l’argent en banque, il pourrait lui donner deux ou trois millions pour un an. Dans le moment présent, Kovalchuk représente un attrait: les gens se déplacent pour le voir… Il a redonné espoir et lui, sur ses épaules, porte une équipe de jeunes qui ont besoin de quelqu’un vers lequel on peut regarder pour nous inspirer. Il fait tout ça pour 700 000$ pour une demi-saison…» – Lalonde

Mon constat à la suite de cette écoute, le Canadien se doit de conserver les services d’Ilya Kovalchuk.

En rafale

– Des amateurs qui comptent en ce moment sur Ilya Kovalchuk.

– De Craig Rivet à Nick Suzuki.

– Nick Suzuki a rencontré une équipe en provenance du Japon.

– Hendrix Lapierre va super bien, mais…

– Quand l’argent tombe du ciel.

PLUS DE NOUVELLES