Ilya Kovalchuk carburait au marché de Montréal

Cette semaine à La Poche Bleue, Pat Brisson était l’un des invités du show. Une autre grosse prise pour Guillaume Latendresse et Maxim Lapierre.

Parmi les sujets qui ont été abordés, il y a celui de l’impôt. Ce n’est pas la première fois qu’on l’entend, mais le marché de Montréal est désavantagé par le fait que les joueurs qui jouent ici doivent payer plus d’impôts.

On sait très bien que cela fait partie des désavantages de choisir une ville comme Montréal… qui en a plusieurs. La langue, le froid, les maudits nids de poule sur la route, etc.

Mais s’il y a un aspect qui aide Montréal et le Canadien, c’est le fait que les amateurs sont au rendez-vous pour le club. Puisque le Centre Bell est l’un des endroits les plus bruyants de la ligue, cela crinque les gars.

C’est vrai en général, mais ce l’était d’autant plus pour Ilya Kovalchuk. Pourquoi? Parce qu’il a joué à Atlanta, à Jersey et à L.A. avant de débarquer en ville. La différence était donc marquée pour lui.

Et comme l’a confirmé Brisson, il a véritablement adoré la ville et l’ambiance. L’entrevue est disponible ici.

Il est même allé encore plus loin en affirmant que Kovy n’avait tout simplement pas besoin de mettre du gaz dans sa tank tellement c’était motivant pour lui de jouer ici.

Cela a donc eu beaucoup d’impact sur lui et cela explique pourquoi il voulait revenir.

Est-ce que cela explique, d’un autre côté, ses insuccès à Washington par la suite? Qui sait.

Mais comme on le sait maintenant, les changements apportés par le CH et les séries de Kovalchuk ont fait en sorte que le plan préétabli de le resigner a changé. Le voilà donc encore agent libre et on ne sait pas ce qui attend le Russe.

Rappelons qu’il s’entraîne encore en vue d’un retour dans le circuit Bettman.

En rafale

– Logique.

– À San Jose, on s’attend plus à la mi-janvier. Fair enough, non?

Et voici ce que Pat Brisson en pense.

– Bonne nouvelle pour le joueur des Voltigeurs.

– Trois ans pour Egor Sokolov à Ottawa.

PLUS DE NOUVELLES