Gérer le développement des espoirs doit devenir la priorité des prochains mois

Si on résume la matinée du Canadien, on constate que les chances de faire les séries sont de plus en plus minces, que le meilleur attaquant du club n’est pas à 100%, que le club-école ne progresse pas et que les autres équipes visent possiblement les joueurs de l’équipe.

Énoncé comme ça, ce n’est pas l’idéal. Par contre, laissons un peu le négatif de côté – même si ce n’est pas toujours facile – afin de miser sur un élément positif : la jeunesse.

Comme vous le savez, le CH possède une belle banque de jeunes joueurs et de nombreux choix au repêchage au cours des prochaines années. Cela aidera à construire la prochaine équipe qui se battra pour une place au soleil dans quelques années.

Il est donc de plus en plus clair que c’est vers les jeunes que le CH doit tourner son attention. Après tout, ce sont eux qui donnent de l’espoir à tous ceux qui gravitent autour de l’équipe.

Évidemment, le développement de chaque joueur se fait de manière différente. Comme le souligne Arpon Basu, les trois meilleurs jeunes joueurs du Canadien évoluent dans un milieu différent : Nick Suzuki joue à Montréal, Jesperi Kotkaniemi est à Laval et Cole Caufield évolue dans la NCAA.

Caufield, le super marqueur que les partisans attendent, se fait les dents au Wisconsin. Chaque but est un highlight et il apprend à la vitesse de la lumière. Faisant le bonheur de ses entraîneurs, il acquiert des connaissances qu’il n’aurait pas s’il était passé directement chez les grands.

C’est justement cette mentalité-là qui a inspiré le Canadien à envoyer KK sous les ordres de Joël Bouchard. Le jeune centre est finalement comme un poisson dans l’eau et il a la confiance de son coach comme jamais à Montréal.

À Montréal, justement, c’est plutôt Nick Suzuki qui s’est mérité la confiance de Claude Julien. Ce dernier donne beaucoup de gaz à un jeune qui le mérite et qui fait tout correctement.

Dans les trois cas, les jeunes hommes sont importants aux yeux du coach. Pourquoi? Parce qu’ils ont du temps de glace à souhait dans un environnement où ils dominent.

C’est ça, ultimement, qui est le plus important. Être une priorité aux yeux de son entraîneur, ça aide au développement – peu importe le niveau, peu importe l’âge.

En rafale

– Avec raison.

– Voilà que Théo est finalement impliqué à un certain niveau par le Canadien.

– Les prochains adversaires du CH sont au boulot.

– La KHL a un nouveau président.

– La question à 1000 piasses.

PLUS DE NOUVELLES