Frederik Andersen pourrait faire ses valises d’ici la date limite

Ça va mal à Toronto depuis quelques semaines déjà. L’avance de l’équipe de la Ville-Reine au classement fond comme neige au soleil et, même si les chances de voir le club faire les séries sont grandes, le niveau de confiance baisse.

Quels sont les facteurs qui expliquent cela? Leur vilaine défensive, les blessures, le rendement du capitaine, etc.

Mais surtout, il y a les performances de Frederik Andersen qui inquiètent. Le gardien des Leafs ne livre pas la marchandise depuis le début de la saison. Il laisse passer plus d’une rondelle sur 10 (pourcentage d’arrêt de .897) et sa moyenne de 2.91 n’inspire pas non plus. Il laisse passer de vilains buts et il n’est juste pas fiable.

D’un autre côté, sur un plus petit échantillon, Jack Campbell livre la marchandise. Ses quatre victoires en quatre matchs, sa moyenne de 1.00 et son pourcentage d’arrêt de .965 démontrent qu’en quatre matchs, il répond.

Et c’est là que la grande question se pose à Toronto : est-il temps de placer Campbell dans la chaise du #1?

La réponse simple serait de lui donner plus de départs. Ainsi, Frederik Andersen aurait la pression de performer quand il serait là, mais aurait une grosse bouée de sauvetage. Il serait la profondeur des Leafs devant le filet, ce qui est mieux que l’option #1.

Le problème? Les Maple Leafs ont d’autres trous à boucher et ils ne peuvent se permettre d’avoir un auxiliaire à cinq millions de dollars. Ils veulent être très actifs à la date limite (quitte à donner des jeunes) et chaque sous sera compté.

C’est ce qui fait en sorte que l’équipe songe à l’échanger, lui qui est à quelques mois de l’autonomie.

Cela a été suggéré par le journaliste Mark Zwolinski du Toronto Star, mais aussi par Michael Landesberg sur les ondes de TSN1050.

Dans les faits, on peut comprendre que l’organisation croit que Andersen n’a pas ce qu’il faut pour mener les Leafs au prochain niveau. La question qu’on se pose dans la Ville-Reine, c’est plutôt de savoir si Campbell a ce qu’il faut pour prendre sa place.

Si on juge que d’y aller avec Campbell et Michael Hutchinson comme tandem de gardiens (et d’utiliser l’argent économisé pour aller chercher du renfort ailleurs, évidemment) est une meilleure solution pour l’équipe, on pourrait voir le vétéran quitter.

Dans les faits, les Leafs voient un peu Campbell avec le potentiel de devenir le Jordan Binnington de 2021.

Et pour ceux qui croient que Jonathan Quick pourrait être une option : ne retenez pas votre souffle. Ça ne devrait pas arriver.

Reste à savoir quelle équipe voudrait mettre la main sur Andersen dans de telles conditions. Avec son salaire, son contrat à échéance, ses performances et sa propension à se blesser, est-ce qu’une grosse équipe irait le chercher tout en donnant un retour acceptable aux Leafs? Est-ce qu’une équipe de bas de classement tenterait sa chance pour le prolonger?

On sait que Toronto est prêt à tout pour gagner. Mais est-ce que ça passe par ce gros tremblement de terre?

En rafale

– Pour ceux qui en doutaient : le CH ne jouera pas ce soir.

– Beau geste.

– Triste nouvelle.

– Cole Caufield saura s’adapter.

– Le ballotté du jour.

PLUS DE NOUVELLES