Et si l’avantage numérique était en surrégime ?

Cet été, le Canadien avait deux problèmes à régler : l’avantage numérique et les performances du gardien substitut. Heureusement, le jeu à 5 contre 4 de l’équipe s’est réellement replacé cette saison, alors que l’équipe trône au 7e rang de la LNH pour l’efficacité (27.3%) avec un homme en plus.

Même si Keith Kinkaid ne présente pas des statistiques satisfaisantes, il est clairement meilleur qu’Antti Niemi. 

Le problème, c’est que le Canadien s’est créé un autre problème : les performances (atroces) en désavantage numérique – ça a notamment coûté le match d’hier face au Wild –, mais ça, c’est un autre sujet.

Concentrons-nous par contre sur l’avantage numérique. Les succès du Tricolore dans cette facette du jeu sont une excellente nouvelle pour la direction et les partisans. La rondelle bouge mieux et plus vite, ce qui permet de déstabiliser le gardien adverse.

Regardez le but de Tomas Tatar, hier…

Or – et ce sont les statistiques qui nous l’indiquent – le Canadien semble surtout extrêmement réaliste en avantage numérique.

Sur le jeu de puissance, les hommes de Claude Julien sont 27e dans la LNH pour les tirs depuis l’enclave, 24e pour les tirs en bas de l’enclave. Ils font beaucoup mieux sur les tirs depuis la périphérie (7e), ainsi que les tirs sur réception (5e)…

L’avantage numérique pourrait donc bel et bien être en surrégime, ce qui signifie aussi que les choses pourraient commencer à mal tourner…

Malgré l’amélioration très nette à 5 contre 4, le Canadien doit continuer à travailler dans ce secteur du jeu. La rondelle circule bien, mais il faudra maintenant trouver des moyens de décocher des tirs depuis l’enclave.

L’avantage numérique a contribué à 26.4% des buts du Canadien cette saison. Imaginez si le club commençait à avoir des difficultés avec l’avantage d’un homme.

Le plus gros problème de cette équipe reste tout de même le désavantage numérique. Ça coûte des points à l’équipe et si les choses continuent ainsi, faire les séries deviendra un objectif très difficile à atteindre.

En rafale

– À suivre !

– Milan Lucic a récemment atteint le plateau des 900 matchs dans la LNH.

– Rien d’étonnant. On l’a vu hier…

PLUS DE NOUVELLES