Entrer dans le vestiaire du Canadien a laissé Josh Anderson bouche bée

Quand Josh Anderson a quitté Columbus pour débarquer à Montréal, il est tombé dans une autre réalité. À Montréal, il arrive au sein d’une plus grosse ville (où il a d’ailleurs de la difficulté à se stationner), dans un vestiaire différent avec un entraîneur au caractère très différent.

Parlons-en de l’entraîneur, justement. Josh Anderson n’a rien à dire contre John Tortorella, un entraîneur qui l’a aidé à progresser.

Il affirme ne pas avoir eu de difficulté à s’intégrer dans la chambre, lui qui a profité du long voyage en début de saison pour s’intégrer.

À ses yeux, les gars ont tout fait pour l’intégrer et il se sent déjà à l’aise avec ses nouveaux coéquipiers.

Pour lui, ça a été facile. Avec le professionnalisme de Jeff Petry et le grand talent de Nick Suzuki (notamment), il se sent bien dans sa nouvelle équipe.

Dans les faits, ce qui l’a le plus déstabilisé, c’est de voir le vestiaire du Canadien. Il savait que d’aller au Centre Bell est quelque chose, mais il n’avait que la perspective adverse.

Comme il n’y avait jamais mis les pieds (je parle ici du vestiaire du CH) avant l’entraînement d’hier, il ne savait pas qu’il serait si ébahi. De voir toutes les photos des anciens joueurs autour de lui (des photos qui respiraient la Coupe Stanley) l’a jeté par terre.

En fait, il en est resté bouche bée pendant une bonne dizaine de minutes.

Non, les fans ne seront pas dans les estrades pour encourager la Flanelle en vue du match de demain soir. Mais est-ce qu’il aura quand même du feu dans les yeux pour affronter les Flames?

On peut croire que oui.

En rafale

– Paul Byron va mieux. Son pied guérit bien.

– Vince Dunn est-il sur le point de quitter Saint-Louis?

– Les Penguins ajoutent de la profondeur pour leur escouade volante.

– Beau début de saison pour le défenseur de l’Avalanche.

– Déjà 1400 fans à Saint-Louis.

– La pièce #2 de la transaction Pierre-Luc Dubois fera ses débuts à Columbus demain.

– Attendez-vous à ce que la LHJMQ forme des bulles jusqu’à la fin de la saison.

– Un grand jour à Toronto.

PLUS DE NOUVELLES