Dossier Dubois : les Jackets seront patients et redoutent eux aussi la quarantaine

Avec une saison différente vient évidemment plusieurs questions particulières qu’on ne se poserait jamais en temps normal.

Ce soir, Ron MacLean a demandé à Elliotte Friedman si le Canadien échangerait Nick Suzuki ou Jesperi Kotkaniemi aux Blue Jackets pour Pierre-Luc Dubois, considérant que le Québécois devrait passer à travers une quarantaine de 14 jours avant de rejoindre l’équipe.

Après tout, deux semaines, c’est long. Surtout lors d’une saison condensée de 56 matchs. 

Friedman a plutôt répondu du point de vue des Blue Jackets, expliquant que l’organisation prendrait son temps. Si l’on pouvait croire que le CH serait l’équipe qui mettrait un frein sur cette transaction pour s’assurer de ne pas perdre un centre pour 14 jours, c’est plutôt Jarmo Kekalainen qui pourrait attendre de voir à quoi ressemble la saison de son équipe avant de bouger. On savait qu’il serait patient (il n’est pas pressé) mais on entrevoit maintenant qu’il y a un scénario dans lequel le départ de Dubois serait possible avant longtemps.

Quel est ce scénario? Un début de saison difficile? À ce moment-là, ne voudrait-on pas continuer de pousser pour les séries? Les Jackets demeurent un club qui a tout pour y accéder.

Et si les Jackets venaient à être éliminés des séries (de façon mathématique) avant la date limite des transactions, le Canadien voudra-t-il briser son rythme dans la course aux séries en perdant un centre top-9 durant deux semaines? On en doute. Les circonstances sont très difficiles à imaginer. 

Le début de saison des Jackets dictera donc la disponibilité de Pierre-Luc Dubois.

Selon la fiche de l’équipe, on déterminera si l’on peut se permettre de jouer sans un joueur de centre top-9 durant une semaine. C’est moins pire pour Columbus que Montréal, disons-le…

Mais Marc Bergevin sera-t-il en mesure de jouer les spectateurs dans ce dossier, même s’il sait qu’il devrait attendre la saison morte? Dubois VEUT jouer à Montréal, selon ce qui circule. C’est une occasion en or, mais tellement difficile à gérer et prédire.

En Rafale

– En voilà une, perte qui ne fera pas du bien.

– La neige est arrivée.

– La valse continue dans la Q.

PLUS DE NOUVELLES