Deuxième vague : les Québécois et le Canadien (encore) désavantagés face à la compétition

Le Québec est particulier dans sa gestion de la COVID-19. Nous sommes l’un des endroits sur la planète avec les plus grandes restrictions… mais aussi l’un des endroits avec le plus haut taux de décès par million d’habitants. Tout ça malgré le fait que nous soyons les plus disciplinés en Amérique du Nord au niveau des contacts et des déplacements.

Néanmoins, la LHJMQ est sur pause dans plusieurs villes et un concept de bulle alentour du Centre Vidéotron (Québec) pourrait être annoncé très bientôt.

Nos enfants ne peuvent pas jouer au hockey entre eux…

Et les athlètes professionnels pratiquant un sport collectif ne peuvent pas s’entraîner ni en équipe ni en solo. Le gouvernement du Québec refuse notamment toujours l’accès au Complexe Bell aux joueurs du Canadien.

Mais ce n’est pas comme ça partout sur le globe. La plupart des ligues européennes et asiatiques ont repris leurs activités et la majorité des jeunes hockeyeurs peuvent encore pratiquer leur passion sur le reste de la planète.

Les Capitals ont même repris l’entraînement de façon volontaire hier à Arlington, dans la région de Washington. Il faut garder la forme, même si on ne sait toujours pas quand la saison se mettra en branle. Certains joueurs n’ont pas disputé un seul match à haut niveau depuis le mois de mars dernier.

Eh bien, Cédric Paquette a raconté à Richard Labbé de La Presse qu’il a prévu quitter le Québec en début de semaine prochaine afin de retourner en Floride. L’attaquant du Lightning avoue qu’il aurait bien aimé rester avec ses proches et pouvoir s’entraîner près de chez lui à Blainville-Boisbriand. Par contre, tout est fermé là-bas et il est impossible d’aller y patiner. L’éclosion chez l’Armada n’a pas aidé la cause générale du hockey sur glace.

Le principal intéressé ne peut pas non plus quitter la zone qu’il habite (CMM) pour aller s’entraîner dans une autre zone pas rouge puisqu’il doit se comporter comme s’il était en zone rouge partout au Québec.

Paquette ira donc rejoindre ses coéquipiers dans moins d’une semaine et il pourra s’entraîner librement à Tampa Bay. Rappelons que les restrictions en lien avec la COVID-19 ont été levées il y a déjà un bon moment en Floride. Les restaurants, les bars, le sport professionnel, le sport amateur… tout a repris là-bas.

Au niveau strictement sportif, les joueurs québécois sont désavantagés depuis le début de la pandémie. Le Canadien de Montréal aussi. Et ça ne semble pas vouloir changer.

Certains endroits, aux États-Unis et en Suède notamment, n’ont jamais fermé leurs arénas depuis le début de la crise.

La femme de Jeff Petry nous rappelait encore hier soir que la famille Petry n’a aucune idée du moment où elle quittera le Michigan pour se rendre à Montréal. Pour l’instant, les enfants sont inscrits à l’école aux États-Unis en attendant des dénouements de ce côté-ci de la frontière.

À noter que Cédric Paquette a compris qu’il n’allait pas pouvoir passer sa journée avec la Coupe Stanley avant de reprendre l’entraînement pour la prochaine campagne. Ça fait aussi partie de la nouvelle normalité, ça… de la nouvelle réalité.

En rafale

– Ryan Pulock et les Islanders en sont venus à une entente (lucrative).

– Pierre-Luc Dubois a appris à vivre avec le personnage Tortorella. Dubois s’est aussi dit ravi de l’acquisition de Max Domi.

– Quoi? Brendan Shanahan souhaiterait interdire les bagarres… et les grosses mises en échec? [HockeyFeed]

– Les demandes de Brendan Lemieux sont deux fois plus élevées que l’offre des Rangers. #Arbitrage

– Un autre (petit) prêt en Europe.

– De loin, tout a l’air de bien aller chez les Olympiques, mais ce n’est pas nécessairement le cas. #COVID19

PLUS DE NOUVELLES