Deux choses à noter sur les invités au camp des recrues du CH

Le camp des recrues du Canadien de Montréal se déroulera du 5 au 10 septembre, comme l’indiquait mon collègue Kevin Vallée hier. Sur la liste des 28 joueurs qu’a divulguée le Canadien, j’ai noté deux choses non négligeables : Joël Teasdale qui se retrouve sur la liste des joueurs… et, évidemment, l’absence de Cole Caufield.

Dans le cas de Teasdale, il est inclus sur cette énumération, mais il ne sera pas en mesure de participer à ce camp puisqu’il est en réhabilitation à la suite d’une blessure au genou droit qui le tiendra à l’écart pour une période d’environ sept mois. Dire que l’attaquant de puissance s’alignait pour agripper un poste principal chez le Rocket de Laval en vue de la prochaine campagne.

Cole Caufield, lui, amorcera sa carrière au niveau de la NCAA avec l’Université du Wisconsin, ce qui n’est aucunement surprenant de ce côté-là. Ses obligations « universitaires » ne lui permettent pas de participer au camp des recrues ainsi qu’au tournoi du 6 au 9 septembre impliquant cette bande d’espoirs. Le petit attaquant dynamique a opté pour le Wisconsin, donc il n’est pas admissible à participer au camp du Canadien de Montréal.

Cole Caufield avec ses coéquipiers Alex Turcotte et Owen Lindmark.
(Crédit: Cole Caufield)

Il est donc facile de s’apercevoir que la décision prise devait être tracée depuis longtemps, avant même la photo qui a circulé avec ses coéquipiers du Wisconsin.

Certains entretenaient l’espoir de l’observer au début du mois de septembre en direct de Brossard, mais même si les spéculations tournaient autour de telle possibilité, c’était gravé dans le ciel qu’il opterait (avec raison) pour la NCAA. Avec Tony Granato, il apprendra les rudiments de « comment » devenir un professionnel et comment se préparer mentalement pour un calendrier aussi condensé que la LNH.

En terminant, Joël Bouchard est certes aussi déboussolé que Joël Teasdale en ce moment. Le pilote du Rocket a beaucoup d’estime pour son ancien poulain avec l’Armada et il a hâte de le diriger à nouveau.

En rafale

– Antti Niemi a 36 ans aujourd’hui.

– Le genre de geste qui n’a pas le choix de nous toucher.

– Mais quel phénomène!

PLUS DE NOUVELLES