Des joueurs racontent les « secrets » des bulles de la LNH

Greg Wyshynski, fondateur du blogue Puck Daddy (vendu à Yahoo), est maintenant à l’embauche de ESPN. Il a eu la chance de discuter avec neuf joueurs de la LNH qui ont passé du temps dans l’une des deux bulles créées par la LNH (Edmonton et Toronto).

J’ai failli écrire faire du temps en faisant référence à une peine d’emprisonnement, mais je me suis retenu. Je n’aurais peut-être pas dû.

Les joueurs qui participent actuellement à la finale de la Coupe Stanley auront passé un peu plus de deux mois dans une bulle, sans voir leur famille (pour les joueurs dont la famille ne réside pas au Canada notamment). C’est long!

D’autres comme Sidney Crosby, qui n’a participé qu’à la ronde qualificative, sont déjà sortis de la bulle depuis le début du mois d’août.

Bref, neuf joueurs ont accepté de raconter sous le couvert de l’anonymat leur expérience dans une bulle à ESPN. Voici ce qu’il y a d’intéressant dans ce qu’ils avaient à dire.

– Ils étaient testés à tous les jours, sans exception. Le soir, avant d’aller au lit.

– Oui, ils aiment jouer au hockey, surtout lorsqu’ils ont l’occasion de remporter la Coupe Stanley… mais passer autant de temps coupé de la société (emprisonné dans un hôtel) était difficile à gérer émotivement pour certains. On n’a qu’à penser à Tuukka Rask. Certains joueurs étaient moins heureux que d’habitude après quelques jours à peine. Certains étaient tristes et à la limite, dépressifs.

– Les joueurs se sentaient en sécurité. Peut-être même trop aux dires de l’un d’eux.

– Ils portaient le masque surtout pour l’image puisqu’ils se savaient tous négatifs à la COVID-19.

– Les clôtures et la vie enfermée dans un hôtel avait des allures de prison. Certains se sont sentis claustrophobes.

– Le fait de voir la Coupe Stanley être remise à une équipe au cours des prochains jours sera la preuve ultime que le plan de la LNH était excellent. Aucun cas de COVID-19 n’a été déclaré à l’intérieur des bulles.

– Ce qu’on avait promis aux joueurs dans la bulle vs ce qu’ils ont vraiment eu comme vie/divertissement, ce sont deux choses très distinctes. C’était plate et ennuyant, that’s it.

– Certaines équipes comme le CH en offraient plus à ses joueurs. Par exemple, les joueurs montréalais avaient droit à des wraps et à des smoothies dans leur section alors que les joueurs des Panthers, non.

– Les joueurs ont eu plus de plaisir à Toronto qu’à Edmonton. L’offre n’était pas la même pour eux.

– Les gens qui résidaient au JW Marriott (Edmonton) pouvaient être 48 heures sans respirer l’air de l’extérieur. Il y a un tunnel qui relie l’hôtel et l’aréna.

– Certains trouvent que la LNH et le gouvernement canadien ont été trop restrictifs quant aux conditions pour amener les familles à l’intérieur de la bulle. Ils avaient pourtant vendu le projet aux joueurs avant leur entrée dans la bulle. Même les familles des joueurs résidant au Canada devaient se placer de 4 à 7 jours en isolement complet avant d’entrer officiellement dans la bulle et de revoir papa.

– Les joueurs ont pu boire du vin, de la bière… et manger des bonbons au cannabis. Outre quelques exceptions, les gars ont pris de l’alcool et de la drogue davantage pour se relaxer et décompresser que pour tripper. Surtout dans le cas des bonbons au pot. Rappelons qu’ils sont légaux au Canada…

– Aucun joueur n’aurait brisé la bulle pour avoir du sexe semble-t-il. Tant mieux.

– La proximité avec les autres équipes a dérangé plusieurs joueurs (et probablement plusieurs coachs/directeurs aussi).

– La cour de récréation de la bulle albertaine a vraiment des airs de cour de prison. #AmuseToi #LOL

Ça a l’air le fun…
(Crédit: ESPN)

– L’absence de partisans a paru pour les joueurs, surtout ceux issus des marchés de hockey traditionnels. Mais le produit livré sur la patinoire a tout de même été de grande qualité selon eux. Ils ont raison à mon avis.

– Très peu de joueurs accepteront de s’isoler à nouveau dans une bulle la saison prochaine. Pas pour une saison complète… pas pour une saison écourtée… et même pas pour les séries éliminatoires! Un autre indice d’une saison écourtée qui ne débutera qu’en mars, au mieux?

En rafale

– Cinq joueurs susceptibles de voir leur contrat être racheté dès samedi. [HockeyFeed]

– Neymar est encore dans le trouble…

– Match préparatoire annulé entre les Saguenéens et les Cataractes samedi. Avec des effectifs réduits, les deux équipes ont convenu qu’un seul match sera suffisant ce weekend.

– 10 Euros de différence! Pourquoi?

– Bonne nouvelle pour le tennis canadien!

PLUS DE NOUVELLES