Daniel Brière s’est prononcé au sujet de Jesperi Kotkaniemi

La Sainte-Flanelle affronte les Flyers d’Alain Vigneault ce soir, dans un duel qui s’avère important pour les deux clans qui se talonnent au classement. Puis, lorsqu’il est question des Flyers, il est également question de Daniel Brière, qui gère le club de la ECHL affilié aux Flyers. Brière se présente régulièrement sur les ondes du 98,5 FM pour jaser avec Mario Langlois. Daniel Brière est un bonhomme très articulé qui livre un discours captivant.

Bribri a commencé par indiquer que les Québécois/francophones sont toujours excités de batailler contre le Canadien de Montréal. Du côté de Philadelphie, il y a également beaucoup de francophones derrière le banc (Vigneault, Therrien et Lappy), donc ça apporte une autre épice lors d’une rencontre. L’émotion sera certes palpable d’autant plus que les deux groupes sont en plein combat pour les équipes repêchées.

L’ancien numéro 48 des oranges s’est prononcé concernant le dossier Jesperi Kotkaniemi, qui en fait jaser plus d’un au Québec. Le Finlandais arborant le numéro 15, qui est sur le point de renouer avec l’action à la suite d’une blessure à l’aine, compose présentement avec une pression supplémentaire, selon Brière. Absolument. Les attentes sont plus élevées et son rôle au sein de l’équipe est appelé à augmenter avec l’expérience. À partir de là, pour son développement et pour le calmer un peu, Brière l’enverrait passer un petit séjour chez le Rocket de Laval, question de reprendre confiance et retrouver ses repères en jouant plusieurs minutes.

À 19 ans, c’est loin d’être une mauvaise chose de passer par le club-école pendant quelques rencontres pour revenir rejoindre le grand club tout simplement plus fort mentalement.

Au passage, Brière a précisé que Travis Green, l’entraîneur des surprenants Canucks de Vancouver, était le type de joueur qui donnait des maux de tête aux entraîneurs. Il trichait beaucoup et ne suivait pas les systèmes de jeu, donc, pour Brière, c’est drôle de le voir derrière le banc et avoir autant de succès. À noter que Brière et Green ont joué ensemble chez les Coyotes lors des débuts du Québécois dans la Ligue nationale.

En rafale

– On lui donne beaucoup de place. On l’aime. J’ai de la difficulté à croire qu’il retournera à Laval lors du retour de Jesperi Kotkaniemi.

– Steve Yzerman doit tellement bouillir au sujet de son club « merdique ». Est-il sur le point de congédier son pilote en chef?

– Le Jonathan Huberdeau 2.0 est maintenant un buteur et non seulement un passeur.

Rappel : L’état de santé de Bryan Little a de quoi inquiéter.

– Patrick Roy est satisfait de son jeune cerbère Emerik Despatie.

PLUS DE NOUVELLES