Ce n’est pas la faute des Bruins de Boston

Qui ne connaît pas la fable de Gary Bettman et des Bruins de Boston? Pour ceux qui ne sont pas conscients de ce lien, sachez que le propriétaire des Oursons, Jeremy Jacobs, est le KING des proprios. Lors des réunions des gouverneurs, il en mène large, lui qui détient cette franchise depuis 1975, ce qui fait de lui un pilier. Un allié pour Bettman, qui est en quelque sorte le pantin de Jacobs. Bref…

Il y a à peine une dizaine de jours, Gary Bettman a répondu à certaines questions au sujet des coups à la tête et aux commotions cérébrales. Avec son grand jugement, il a répondu qu’il ne pouvait rien faire pour régler cette situation et que les grands joueurs, comme Zdeno Chara, par exemple, seraient limités à donner des mises en échec. Avec une grande taille, c’est plus « facile » d’atteindre la tête. Il est un brin stupide, quoi?

Comme Martin Leclerc l’a souligné dans son plus récent billet : Le hasard faisant parfois bien les choses, moins d’une semaine plus tard, les amateurs de hockey ont constaté à quel point la réglementation de la LNH reflète l’inquiétante logique de Bettman.

Rappelons-nous de certains faits. Lors du duel numéro 6 opposant les Jackets aux Bruins, Charlie McAvoy a appliqué une mise en échec très sournoise à l’endroit de Josh Anderson. Ce coup vicieux n’était toutefois pas assez violent aux yeux des officiels, qui ont octroyé que deux minutes au joueur des Bruins. Pourtant, c’était bien un contact illégal au niveau de la tête, donc ça devait se transformer en pénalité majeure, non?

Les arbitres peuvent donner des cinq minutes lorsqu’un joueur donne du genou ou crée de l’obstruction, mais lors d’un tel coup, on y va avec un petit deux minutes. Tout ça, parce que monsieur Bettman ne croit pas qu’il puisse faire grand-chose [dixit Martin Leclerc]. Après coup, McAvoy sera suspendu puisqu’il aura un entretien avec le comité de discipline, ce qui démontre que les arbitres ont raté quelque chose… avec une majeure, les Jackets auraient pu imiter les Sharks contre les Knights et marquer quelques buts en supériorité numérique.

Les Jackets se ramassent malheureusement sur les terrains verts au lieu de poursuivre leur aventure.

En rafale

– Malgré tout, les Bruins sont très populaires au Québec et en Gaspésie.

– Steve Yzerman a encore démontré qu’il était un homme de grande classe.

– Vraiment pas mauvais, le premier trio des Américains.

– Il est en train de se faire un nom.

– Jim Montgomery a bien motivé les siens.

PLUS DE NOUVELLES