Carey Price : non, le Canadien n’a pas de « side deal » avec le Kraken

Il faut que l’on se parle de Carey Price et du Canadien un peu.

Tout d’abord, que SAIT-on en ce qui concerne Carey Price?

On sait qu’il aura 34 ans le mois prochain, qu’il n’est plus le même depuis ses multiples blessures (genou, hanche, dos, cheville…), qu’il possède encore cinq année de contrat à un cap hit de 10,5 millions $, qu’il touchera un boni annuel de 11 millions $ en septembre, qu’il vient de connaître deux saisons plutôt difficiles suivies d’excellents parcours éliminatoires, qu’il n’a pas été protégé par le Canadien en vue du repêchage d’expansion, qu’il a lui-même contacté le Canadien afin d’évaluer l’option de lever sa clause de non-mouvement et qu’il verra des médecins spécialistes cette semaine afin d’évaluer l’étendue de ses blessures au genou et à la hanche. Il pourrait même être opéré au genou durant l’été et ainsi, rater une partie (ou la totalité?) de la saison 2021-22.

Ça peut être très long, une rehab post-opératoire au genou…

Ça, c’est ce que l’on sait.

Et ce qu’on se demande, c’est si Carey Price sera encore un membre du Canadien lorsqu’il ira au lit mercredi soir.

À priori, plusieurs se disent que le Canadien avait un side deal avec le Kraken afin de forcer la sélection d’un autre joueur. Cette hypothèse-là ne tient pas la route une seule seconde. Pourquoi? Parce que si le CH avait un side deal avec le Kraken, il n’aurait pas eu à exposer Carey Price (et lui, à lever sa clause de non-mouvement). Il aurait simplement exposé Jake Allen. That’s it.

Sans compter que le Kraken chargeait très cher pour compléter une transaction de ce genre.

Plusieurs se disent aussi que Marc Bergevin sait ce qu’il fait… qu’il mise sur l’âge, l’historique de blessures, l’incertitude médicale actuelle et l’argent à verser à Carey Price au cours des cinq prochaines années pour conclure que le Kraken ne réclamera pas le #31.

Marc Bergevin croyait aussi que les Hurricanes n’égaleraient pas l’offre hostile qu’il a soumise à Sebastian Aho et vous connaissez la suite. Aussi bon le plan de Marc Bergevin puisse-t-il être aux yeux de ce dernier, c’est Ron Francis qui détient la clé finale.

Exposer Carey Price est un gamble. C’est un risque… un risque calculé avec lequel Marc Bergevin est capable de vivre, mais ça demeure un risque. Le Kraken prendra sa décision sur le dossier médical de Carey Price, et non sur les rumeurs lancées sur Twitter par les différents insiders.

C’est lui qui décidera.
(Crédit: YouTube.com/capture d’écran)

Malheureusement pour eux, les dirigeants du Kraken n’auront pas encore obtenu les informations les plus récentes concernant le genou et la hanche de Price. Ces infos seront dispos vendredi alors que le Kraken devra décider mercredi. Marc Bergevin et le clan Carey Price sont comme des joueurs de poker depuis quelques jours. Ils tentent d’influencer certaines décisions en lançant des indices à gauche et à droite… mais au final, ce sera à Ron Francis de caller la shot. Bergevin ne contrôle pas tout (et il ne contrôle pas grand chose présentement, en ce qui concerne son gardien de but #1).

Plaçons-nous dans les souliers du Kraken un instant…

Imaginez à quel point ce serait facile de critiquer la décision de ne pas repêcher Carey Price, un gars populaire dans l’Ouest, si l’équipe devait avoir des difficultés devant le filet la saison prochaine.

Imaginez à quel point ce serait difficile de justifier à tes nouveaux partisans le fait d’avoir levé le nez sur Carey Price alors qu’il était offert gratuitement.

Chris Driedger est un bon gardien de but… il était le plan A du Kraken il y a quelques jours à peine…

Mais il n’est pas Carey Price. Et un plan A peut vite devenir un plan B quand de nouvelles données sont obtenues.

Et pensez à Carey Price deux secondes. Comment se sentira-t-il si le Kraken devait décider de lever le nez sur lui?

Ceux et celles qui répètent depuis trois ou quatre ans que non seulement la valeur de Carey Price n’est pas négative, mais que la plupart des DG qui en auraient l’occasion paierait un gros prix pour l’obtenir verraient leur argumentaire tomber en l’espace de quelques secondes…

Marc Bergevin a gamblé. Il pourrait gagner, mais il pourrait aussi perdre. S’il perd, il perdra son gardien de but #1 avec qui il est en amour (sportif) depuis son arrivée à Montréal. Il gagnera toutefois de l’espace comptable.

Carey Price, quant à lui, quitterait Montréal pour rejoindre une région où son épouse a de la famille et où elle pourrait obtenir de l’aide avec ses enfants. Elle ne l’a pas eu facile en 2021, Angela…

Plus j’y pense, et plus je me dis que les chances de voir le Kraken sélectionner Carey Price sont plus grandes que le prétendent certains experts. Reste à savoir combien de saisons Carey Price a-t-il encore dans les jambes. C’est là que ça va se jouer.

Chose certaine, le Canadien aura un nouveau visage en octobre. Plusieurs joueurs auront quitté. D’autres seront arrivés. Certains seront sur la liste des blessés (ou à la retraite).

Je vous repose donc LA question : est-ce que le Canadien va faire les séries la saison prochaine, après avoir participé à la finale de la Coupe Stanley?

Prolomgation

– C’est fou à quel point le plafond salarial fixe a changé des données dans la LNH. Carey Price, Jonathan Drouin et Shea Weber sont loin d’être les seuls joueurs de talent laissés sans protection. Plusieurs vedettes à gros salaire sont disponibles pour Seattle. Lesquelles de ces vedettes seront choisies par Ron Francis afin d’amorcer son aventure?

– Avec Danault et Drouin qui semblent être sur leur départ, le Canadien pourrait effectivement jouer la saison avec aucun Québécois sans son alignement. Est-ce que le fait de remplir les club-écoles de Laval et Trois-Rivières serait suffisant?

– On ne pourra pas reprocher à Marc Bergevin de tout tenter pour ne pas trop briser l’équipe qui vient d’atteindre la finale de la Coupe Stanley.

– On jase là… mais on devrait peut-être davantage s’inquiéter de la santé de Carey Price (et de son futur) que de la possibilité de le perdre. Si le Kraken ne le sélectionne pas, c’est que Price est magané. Et si Price est si magané que ça, c’est inquiétant pour le CH (plafond salarial, difficulté d’embaucher un autre gardien de but #1, etc.).

– L’entre-saison du Canadien ne fait que débuter et déjà, on a eu droit à de nombreux rebondissements. Non, l’été ne sera pas tranquille du côté du Tricolore…

– Le Canadien a protégé Jake Allen, Artturi Lehkonen et Joel Armia, mais pas Carey Price, Shea Weber, Phillip Danault et Jonathan Drouin. Quand même…

– Les situations de Price et Weber sont très différentes. L’un risque de ne plus jamais jouer et l’autre jouera encore. De plus, l’un a toujours été lié à la Ville de Seattle et l’autre, non.

PLUS DE NOUVELLES