Braden Holtby a peut-être déjà joué son dernier match avec les Capitals

Au cours des prochains jours, nous verrons quels joueurs décideront de revenir au jeu avec leurs coéquipiers et quels joueurs ne le feront pas.

Au cours des derniers jours, il a été mentionné que les joueurs ne vont pas faire comme ailleurs dans le monde du sport et qu’ils se présenteront. Cependant, il n’est pas dit qu’il n’y aura pas des exceptions et que des gars ne voudront pas profiter de l’occasion afin de rester chez eux.

C’est notamment la crainte présentement pour le Canadien puisque Jeff Petry, sans dire qu’il ne se pointera pas, ne donne pas l’impression qu’il jouera. C’est du moins ce qu’on peut commencer à penser… mais en gardant le conditionnel.

Ceci dit, il y a un joueur avec qui le conditionnel pourrait, sous peu, ne pas être nécessaire. On parle ici de Braden Holtby, le cerbère des Capitals de Washington.

Au cours de sa chronique, Yvon Pedneault mentionne que, dans le milieu, il y a une croyance de plus en plus importante qui veut que le gardien de Washington ne soit pas de retour avec les siens en vue des séries.

Il y songe sérieusement, du moins.

Tel que mentionné dans la chronique, le gardien sait que l’équipe ne sera pas en mesure de le payer une fois la saison terminée. Et comme il sait qu’il sera agent libre, il s’agissait probablement de son dernier tour de piste là-bas.

Aller s’isoler dans une bulle, risquer de se blesser… ce n’est pas son plan optimal, surtout dans l’optique où il a déjà gagné une Coupe Stanley.

Évidemment, d’un point de vue de l’équipe, il s’agit d’une grosse crainte. Sans leur vétéran, les chances de gagner seraient différentes, même si Ilya Samsonov est là. Mais en temps de pandémie, il peut tomber au combat rapidement, n’oubliez pas.

Et un gars comme Ilya Kovalchuk pourrait ne pas gagner la Coupe qu’il recherche.

Est-ce qu’un tel geste le ferait mal paraître? Ça reste à voir. Mais s’il est le seul, ça pourrait affecter sa réputation.

En rafale

– Le retour au jeu est de plus en plus concret… avec une convention collective en prime.

La seule chose qui peut arrêter la LNH, c’est le virus… comme c’est le cas dans la MLS, pour le FC Dallas.

– Du grand Trump… ou pas.

– Du gros cash, ça!

– Absolument. Une catastrophe évitée.

PLUS DE NOUVELLES