Brad Marchand joue (encore) à merveille son rôle de peste

L’épopée des Hurricanes cette saison est toute une histoire à suivre. Des débuts de leur Storm Surge jusqu’à leur qualification en finale de conférence, en passant par Don Cherry qui a qualifié l’équipe de bunch of jerks,

En éliminant les Capitals en 7, avant de balayer les Islanders en 4, la troupe guidée par Rod Brind’Amour et Justin Williams a rallié derrière elle beaucoup d’amateurs de hockey.

Mais voilà, l’aura de magie qui flotte autour de cette équipe s’est estompée depuis le début de la série face aux Bruins. Avec leur défaite sans équivoque de 6-2 cet après-midi, les Canes retournent (avec plaisir) à la maison dans une situation qui est loin d’être idéale, avec un recul de 2-0.

Lorsque Danton Heinen a porté le pointage à 6-0, ils ont fait évacuer leur frustration avec plaisir.

Les joueurs des Hurricanes ont vraiment mal joué cet après-midi et ils n’avaient qu’eux à blâmer pour ce revers cinglant.

Le reste du dernier tiers, les visiteurs ont profité de l’occasion pour terminer le match en force pour retourner à la maison dans de meilleures dispositions. Tom Dundon et les partisans des Hurricanes vont espérer d’autres bulles au cerveau comme celle-ci de la part de Tuuka Rask!

Mais la séquence que l’on retiendra en particulier de ce duel n’est pas l’un des huit buts enfilés.

Brad Marchand est comme un Mini-Wheat : il a un côté santé, où on le voit s’inscrire à profusion sur la feuille de pointage et un côté givré où on le voit déranger l’adversaire (quitte à franchir la ligne de ce qui est acceptable).

Après un geste très questionnable pour lequel il aurait dû être envoyé au cachot (ça ne fait aucun doute), il a fait sortir Justin Williams de ses gonds et c’est ce dernier qui a été puni.

Matt Grzelcyk a profité de cette opportunité en or pour marquer son 2e but de la soirée et creuser l’écart à 4-0.

Les Hurricanes n’ont plus le choix de remporter le match #3 de cette finale de conférence (mardi soir), sinon un écart de 3-0 sera très ardu à surmonter. Mais pour cela, ils devront éviter de jouer le jeu de Marchand et s’assurer que ce soit plutôt lui qui soit puni.

Car je ne gobe pas du tout la théorie de Don Cherry qui affirme que le #63 des Oursons est soudainement discipliné.

En Rafale

– J’ai un coup de coeur sur la série de textes de The Athletic pour souligner la Fête des Mères!

– À quel domicile les Islanders doivent-ils évoluer?

– Nous pourrons apprécier le talent de l’attaquant à la Coupe Memorial!

– Voici une excellente analyse sur l’excellente saison des Huskies de Rouyn-Noranda!

PLUS DE NOUVELLES