Au grand plaisir de Sidney Crosby, les Penguins honoreront la langue française

Comme vous le savez sans doute, Sidney Crosby parle français. Le natif des Maritimes a passé sa jeunesse à parler en anglais, mais il a appris la langue du Québec lors de son passage marqué du côté de Rimouski, de 2003 à 2005. Là-bas, il est devenu bilingue à force d’être entouré de francophones.

C’est ce qui fait en sorte qu’encore aujourd’hui, Crosby est en mesure de comprendre le français. Il le pratique moins depuis que son bon ami Marc-André Fleury est parti à Vegas, mais il n’en demeure pas moins qu’il est encore exposé à la langue. Comment? Quand Kris Letang parle au téléphone proche de lui, par exemple.

Tout ça pour dire que celui qui a habité chez Mario Lemieux à ses débuts à Pittsburgh est, par la force des chose, attaché à la langue. Voilà pourquoi il est heureux de voir que les Penguins organiseront une « soirée de la langue française » demain soir, en marge du duel face au Canadien de Montréal.

Au menu? Hymne national en français et Maxime Talbot qui annoncera les infractions dans la langue de Molière.

Il s’agit d’une belle manière d’honorer une langue qui a été importante chez les Penguins – pensons à Mario Lemieux – au cours de son histoire. Sidney Crosby se dit d’ailleurs heureux de l’initative.

Je suis certain qu’ils [les partisans] vont apprécier. L’organisation aura sans doute des surprises avec tout ça. Le fait qu’on joue contre Montréal rend ça spécial. – Crosby

Voyons voir ce que l’organisation réserve à ses partisans sur celle-là. Il ne faut toutefois pas s’attendre à voir Crosby parler publiquement en français, lui qui ne le fait plus depuis ses années junior.

En rafale

– Êtes-vous en mesure de répondre?

– Ah oui?

– Ça, c’est clair.

– J’aurais fait pareil.

– Quelques rumeurs au menu.

PLUS DE NOUVELLES