Andrew Berkshire : «Mitch Marner est peut-être le joueur le plus surestimé de la LNH»

Andrew Berkshire est un adepte des statistiques avancées et son opinion est souvent critiquée, sur les médias sociaux. Par contre, force est d’admettre qu’il apporte souvent de bons points à la table et que souvent, les chiffres ne mentent pas. Dans ce dossier, nous allons vous laisser tirer vos propres conclusions.

Berkshire était de passage sur les ondes de Sportsnet 590 pour discuter de Mitch Marner et a lâché une petite bombe à son propos :

«Il (Mitch Marner) est peut-être le joueur le plus surestimé de la LNH, principalement parce que la présence médiatique torontoise est si puissante.»

En général, son argument tient autour du fait que Marner, qui se spécialise dans l’art d’alimenter ses coéquipiers, n’a pas été si efficace que ça durant la dernière saison. Lorsqu’on met en perspective les chiffres apportés dans ce débat, ça demeure intéressant de constater ce que la communauté des statistiques avancées ‘pense’ de Marner.

«L’an passé fut la meilleure saison de Marner. Il est primordialement un fabricant de jeu. L’une des statistiques que je regarde pour considérer comment un joueur est important offensivement est «Scoring Chance Generating Plays» de SPORTLOGiQ, qui mesure à quelle fréquence un joueur est impliqué dans une séquence qui crée une chance de marquer pour ses coéquipiers.»

Au premier rang, on retrouve sans surprise Connor McDavid et au deuxième rang, Sidney Crosby se hisse. Par contre, c’est par la suite que ça devient assez intéressant.

«Numéro 3? Auston Matthews. Ensuite, au 12e rang, John Tavares. […] Puis, au 22e rang, William Nylander! Finalement, au 26e échelon, vous avez Mitch Marner.»

Berkshire avoue que 26, c’est énorme. C’est superbe et ce n’est pas un point négatif, mais au sein d’une équipe qui génère beaucoup de chances, il est seulement le quatrième meilleur pour en générer. L’analyste précise aussi que Nazem Kadri n’est pas loin derrière Marner, dans ce classement.

Ça offre une certaine perspective sur sa valeur, puisque selon lui, il ne fait pas partie des joueurs élites de la LNH.

«Vaut-il autant d’argent? Non. Je crois qu’il vaut encore 8.5 et 9 millions de dollars, en tant qu’agent libre sans restriction.»

«Surestimé» ne veut pas dire «mauvais» et ce qui est dit se tient debout, malgré tout.

En Rafale

– Domi et Gallagher se lancent des petites flèches.

– Le Canada perd des plumes.

– Serena se retire.

PLUS DE NOUVELLES