Alexis Lafrenière pense déjà au repêchage à Montréal

Avec le premier choix du repêchage de 2020, une équipe risque fort probablement de faire résonner le nom d’Alexis Lafrenière dans la foule du Centre Bell, qui accueillera l’encan au mois de juin. Alexis Lafrenière ne veut pas se mettre trop de pression sur les épaules, mais il a avoué avoir pensé à ce moment et pour un Québecois, c’est assez spécial.

«Ce sera complètement fou. C’est encore loin, mais ce sera très gros.»

L’attaquant de l’Océanic est sans aucun doute le joueur le plus dominant de sa cuvée et après avoir été nommé joueur de l’année dans la CHL à l’âge de 17 ans, il aura beaucoup de choses à prouver lors de l’année la plus déterminante de sa jeune carrière.

Ça aurait probablement été la cerise sur le sundae si le Canadien avait pu jeter son dévolu sur lui avec la première sélection, mais il faudrait une quantité de chance énorme pour que le scénario se réalise. Il faudrait tout d’abord que le Tricolore rate les séries et qu’il joue d’énormément de chance à la loterie du repêchage afin de mettre la main sur le premier choix. Et on s’entend que si ça arrivait, ça crierait «rigged» partout dans la LNH.

Mais bon. Le joueur générationnel risque plutôt de se diriger à l’autre bout de la 417, à Ottawa. Tout dépendra de la loterie, qui ne suit aucune logique, depuis la nouvelle formule.

En Rafale

– À propos de Khari Jones.

– Chabot n’est pas dérangé du tout.

– Les Rangers ont jusqu’à demain pour racheter un contrat.

PLUS DE NOUVELLES