31 équipes en séries dont 8 à Montréal, Laval et/ou Brossard?

Les choses changent vite dans le monde du hockey. Vous m’avez souvent entendu la dire, celle-là. C’est parce qu’il n’y a rien de plus vrai.

On a appris hier que la LNH avait un nouveau plan pour la reprise de ses activités. Fini le scénario d’amener toutes les équipes dans une seule région (Saskatachewan, Dakota du Nord ou New Hampshire) et finie l’option de jouer des matchs dans une ville neutre, où il n’y a pas d’équipe de la LNH généralement.

On jaserait désormais d’un plan de relance qui débuterait au mois de juillet et qui impliquerait quatre ou cinq villes/régions. Probablement quatre.

Edmonton, Minnesota et Raleigh seraient les villes/états visés par un tel plan pour l’instant. Une ville de la section Métropolitaine, une ville de la section Pacifique, une ville de la section Centrale… et aucune ville de la section Atlantique. Vous pouvez parier que certaines possibilités ont été discutées durant la réunion des DG, mais qu’elles n’ont juste pas été étalées sur la place publique.

Les options soulevées pour la section Atlantique : La Floride, Boston… et Montréal. Du moins, selon Anthony Marcotte.

Il est clair que les arénas du Centre Bell, du Complexe Bell et de la Place Bell pourraient servir à mettre en place un tel plan. Il faut aussi comprendre que le marché du Québec est très important et très lucratif pour la LNH. Pourquoi le bouder?

De plus, la mairesse Valérie Plante a refusé d’interdire des événements sportifs dans sa ville cet été – contrairement aux événements culturels – si ceux-ci respectent les contraintes de la santé publique provinciale. Pour l’instant, on pourrait penser qu’il sera permis en juillet d’amener 250 personnes (maximum) dans ces arénas. Les deux équipes, leur staff et des médias…

Le problème, c’est le nombre de cas de la COVID-19 dans la région montréalaise. Montréal et Laval ont des taux de contamination parmi les plus élevés en Amérique du Nord. Ça rend le projet un peu moins attirant et réaliste…

Québec et le Centre Vidéotron? Non. La LNH a mis à la poubelle les scénarios impliquant des villes neutres.

À noter que…

– la LNH évalue maintenant l’option de tenir ses rencontres devant quelques partisans, et non plus seulement à huis clos.

– elle compte présenter trois matchs par jour par région/aréna. Ces arénas devront avoir quatre vestiaire de bonne taille.

– les amphithéâtres choisis devront permettre aux réseaux de télédiffusion de diffuser de belles images.

– des patinoires d’entraînement devront être disponibles à proximité, ce qui rend l’option de Laval ou Brossard (comme un tout ou un complément à Montréal) intéressante.

– au minimum trois semaines seraient nécessaires afin que les joueurs retrouvent la forme.

le scénario d’un tournoi éliminatoire impliquant les 31 équipes de la LNH – un peu comme le suggérait P.K. Subban – serait toujours à l’étude. Chaque division pourrait donc couronner un champion de section dans une ville en particulier et les quatre équipes finalistes pourraient disputer un mini-tournoi à quatre équipes dans une même ville. C’est un peu le modèle du sport universitaire aux États-Unis. #FrozenFour

Bref, une équipe pourrait théoriquement remporter la Coupe Stanley (devant des gradins vides ou presque) dans une autre ville que la sienne… quelques semaines après avoir remporté la loterie du repêchage virtuel. Ce serait peu probable, mais tout de même possible… et spécial, vous en conviendrez!

En rafale

– Bonne fête coach!

– Le repêchage en juin ne ferait pas seulement l’affaire des partisans. Il plairait aussi aux joueurs qui seront repêchés cet été et aux équipes qui voudront les voir de près avant le début de la saison en Europe.

– Le duel entre Wayne Gretzky et Alex Ovechkin n’a pas fait de vainqueur. Le but égalisateur de Gretzky a fait flipper Ovechkin.

– Jonathan Toews a toujours été tout un leader.

– Un tournoi que je me ferai le devoir de suivre de mon salon.

PLUS DE NOUVELLES