Et si on lisait entre les lignes et que Pacioretty quittait pour Edmonton

De drôles de réflexions se sont promenées dans ma tête, au courant des deux derniers jours. D’abord, mon collègue Éric Martel a ouvert la porte à celles-ci grâce à une allusion assez impressionnante concernant l’un des dossiers chauds du mois de novembre, celui de Ryan Nugent-Hopkins.

« Bien que certaines équipes telles que le Canadien de Montréal dévaliseraient leur grand-mère pour obtenir un joueur de la sorte… »

J’ai commencé à penser aux rumeurs qui impliquent le Canadien et les Oilers ainsi que leurs besoins. Évidemment, spéculations peuvent en suivre. Toutefois, quelque chose ne fonctionnait pas et j’ai cru bon laisser ce sujet de côté dans un petit coin isolé de mon esprit.

Ce dernier a toutefois refait surface lorsqu’un lecteur m’a proposé un scénario de transaction ma foi intéressant. Ce qui faisait du bien, car des spéculations ridicules, j’en ai vu aujourd’hui…

L’échange imaginé verrait Max Pacioretty être échangé aux Oilers d’Edmonton en retour de Ryan Nugent-Hopkins et d’un espoir quelconque qui joue à l’aile.

Avant de vous faire une idée, laissez-moi analyser le tout.

Pourquoi est-ce logique

Gardez en tête que les deux équipes voudraient vraiment trouver un moyen de fouetter leur équipe.

  • Premièrement, il est très possible que Ryan Nugent-Hopkins soit une option des Oilers afin de brasser la salade. Du côté du Canadien, on a aussi parlé en long et en large des rumeurs qui entourent Max Pacioretty dans l’éventualité où l’équipe ne se replace pas.
  • Ensuite, même si on pourrait de façon très logique croire que les Oilers désirent obtenir un défenseur en retour de Nugent-Hopkins, il est dans l’intérêt de Peter Chiarelli d’éviter une version 2 de l’échange Hall-Larsson, qui s’avère aujourd’hui très critiquée. En échangeant un attaquant pour un défenseur, on accepte par conséquent de risquer la chance de recevoir le joueur le moins talentueux des deux. On s’entend que Ryan Murray et Alec Petrovic n’ont pas une valeur équivalente à l’attaquant des Oilers, si l’on parle d’impact.
  • Donc est-ce logique d’envisager que les huileux préfèreraient être en position de force en faisant l’acquisition d’un ailier, une position à laquelle il y a aussi une lacune? Imaginez les mains de McDavid accompagnées du tir de Max Pacioretty.
  • Pour ce qui est de Marc Bergevin, ce serait à lui de tenter d’obtenir le meilleur de Chiarelli aux côtés de Nugent-Hopkins. Toutefois, dès le départ, l’acquisition de ce dernier permet au Canadien de placer Phillip Danault dans sa chaise de troisième trio et de compter sur deux premiers centres de qualité.

Pour ce qui est du trou laissé béant par Pacioretty qui devrait en théorie être pris par la deuxième pièce potentielle de l’échange, je ne m’avancerai pas dans des noms.

Le lecteur en question m’avait parlé de Jesse Puljujarvi…

Ce qui ne colle peut-être pas

Malheureusement, je ne crois pas que Pacioretty quittera Montréal tant que Marc Bergevin sera en poste. Je vous ai déjà parlé de l’orgueil?

Et ce ne sont pas tous les insiders qui croient aux rumeurs qui impliquent Ryan Nugent-Hopkins…

Il y a aussi le facteur réalisation. Même si des échanges peuvent avoir du sens, qu’ils sont discutés et que les directeurs généraux passent près d’une entente, environ 99.9% des transactions ne voient jamais le jour.

N’oubliez pas que ce papier est composé de spéculation et qu’il ne s’agit aucunement d’une rumeur que nous lançons.

PLUS DE NOUVELLES