Des promotions « deux pour un » à Detroit

On a déjà surnommé la Ville de Detroit Hockeytown. En fait, on la surnomme encore ainsi, même si les Red Wings connaissent des temps durs.

Les Red Wings ont même déposé l’expression Hockeytown en 1996. Ils en détiennent depuis ce jour le copyright officiel.

Mais Detroit est-il encore LA ville du hockey? Les Red Wings occupent le 31e et dernier rang de toute la LNH, 21 points derrière les Kings (30e rang).

Les Wings forment l’équipe qui a inscrit le moins de buts (136), mais qui en a accordé le plus (257) depuis le début de la campagne. Une chance qu’ils ont affronté le Canadien à quatre reprises parce que ces chiffres seraient encore pire!

Ce matin, on peut voir des pubs de type 2 pour 1 sur Facebook. Achetez un billet pour assister à un match des Red Wings et obtenez-en un autre gratuitement. Se rendra-t-on là sous peu à Montréal?

(Crédit: Facebook.com)

On ne parle pas des Panthers, des Coyotes ou d’une autre équipe du sud des États-Unis… ou encore des Sénateurs! Il est question d’une équipe original six qui a toujours respiré le hockey.

Il y a quelques années à peine, les Red Wings représentaient la stabilité, les bonnes méthodes, patience et le succès. Ils en seront cette année à leur quatrième exclusion des séries consécutives.

Les Red Wings possèdent présentement le 17e taux d’occupation le plus élevé de toute la LNH concernant ses foules à domicile. C’était beaucoup mieux que ça il y a quelques années.

L’organisation est en reconstruction, et non en reset. Steve Yzerman est revenu chez lui afin de ramener l’excellence à moyen/long terme. Dans cinq ans, dira-t-on que le reset de Marc Bergevin a mieux fonctionné que la reconstruction de Steve Yzerman? We’ll see.

Pour l’instant, il est évident qu’une reconstruction fait davantage mal aux guichets qu’un reset. Et c’est peut-être un peu pourquoi Geoff Molson ne souhaite pas reconstruire…

Reste à voir si le jeu en vaudra la chandelle à Detroit.

PLUS DE NOUVELLES