Des cotes d’écoute décevantes pour le match #6 de la finale de la Coupe Stanley

Étiez-vous devant votre écran hier soir pour assister à la conquête de la Coupe Stanley par le Lightning de Tampa Bay? 2,877 millions d’Américains ont fait comme vous en regardant la rencontre sur les ondes de NBC. Ça peut paraître comme un gros chiffre, mais dans les faits, ce sont des cotes d’écoutes décevante. Mauvaises même.

Par exemple, la NFL a attiré les yeux de 14,019 millions de téléspectateurs sur les ondes d’ESPN pour l’affrontement entre les Chiefs de Kansas City et les Ravens de Baltimore à Monday Night Football. Même l’émission d’avant-match de la classique du lundi soir a eu des cotes d’écoute nettement supérieures à celles du hockey, soit 6,885 millions de personnes.

Ça ne s’arrête pas là.

Des émissions de variété en rediffusion ont dépassé les chiffres de la LNH. Même l’édition de minuit de SportsCenter (ESPN) a attiré près d’un demi-million de gens de plus.

Game 6 of the Stanley Cup Final drew 2.877 million fans for NBC on Monday night. For comparisonMonday Night Football…

Posted by Complete Hockey News on Tuesday, September 29, 2020

Ce n’est pas mieux chez nous. Selon nos sources, TVA Sports a à peine attiré près de 225 000 téléspectateurs lors de la joute ultime.

Est-ce que le fait que deux équipes du sud des États-Unis participaient à la série finale a joué en défaveur des chaînes? Au Canada comme aux États-Unis, la réponse est oui. Avec le Canadien en finale, le Québec au grand complet aurait été devant son écran. Les cotes d’écoute dans la Belle Province seule auraient pulvérisé les chiffres qu’on vient d’annoncer.

Est-ce que la pandémie et le fait que les séries aient été jouées en été ont fait la vie dure aux réseaux? Ça, c’est un autre facteur.

Avec l’incertitude qui plane autour de la prochaine saison, ou plutôt autour du début de cette dite saison, il doit être extrêmement difficile pour les RDS, TVA Sports et autres chaînes sportives de vendre de la publicité. C’est normal, les acheteurs n’obtiennent pas le même retour sur investissement lorsque leur publicité est diffusée lors d’un match du Canadien comparativement à lors d’une ronde de golf ou d’un tournoi de curling.

PLUS DE NOUVELLES