Daniel Lovitz sauve les meubles

Pour un deuxième match de suite, c’est un héros plutôt inattendu qui sauve les meubles pour l’Impact de Montréal. Après la magnifique frappe de Jukka Raitala à Salt Lake City qui a permis aux montréalais de récolter un point sur la route, c’était hier au tour de Daniel Lovitz de libérer son équipe avec une volée du pied droit dans les arrêts de jeu.

https://twitter.com/TVASports/status/1030993573968322562

Une victoire méritée? Pas tellement. L’Impact a bien débuté la rencontre avant de s’asseoir sur sa trop courte avance de 1-0. Il reste que mérité ou pas, l’Impact a échappé beaucoup de points qu’il aurait mérité cette saison, et cette victoire était cruciale en vue de la course aux séries éliminatoires. L’important n’est pas la manière mais la victoire, dirait l’autre.

Après l’euphorie de la victoire, de la foule endiablée qui a littéralement explosé lors du but de Lovitz, il faudra tout de même que l’Impact prenne le temps de se regarder dans le miroir. Le Fire en était à 7 défaites consécutives en championnat et le but sur penalty dès la 5ème minute aurait dû ouvrir les valves pour un Impact qui aurait dû se mettre rapidement en sécurité. D’ailleurs, difficile de comprendre la stratégie du Fire de placer la légende Bastian Schweinsteiger comme défenseur central. L’allemand fût responsable du penalty dès le début du match par une maladresse et il a accumulé les erreurs tout au long du match. Il est encore bon, le Bastian, mais il n’est pas magiquement devenu un défenseur en traversant l’atlantique…

https://twitter.com/JogaBonito_USA/status/1030974442653003776

Piatti aurait d’ailleurs dû marquer au moins 2 buts de plus dans ce match. Il a fait de bons appels et quelques bons passements de jambes mais n’a pas su terminer les actions avec la précision qu’on lui connaît habituellement. Il est un peu dans un creux actuellement mais le fait que l’Impact soit en mesure de conserver la tête hors de l’eau au niveau du classement permet d’avoir de l’espoir pour la suite. Il ne fait nul doute que Piatti se réveillera plus tôt que tard, et tant mieux si cela arrive à temps pour les séries…

Au moins, la défensive de l’Impact est définitivement stabilisée. Sans être incroyable, Bacary Sagna a amené une solidité et une confiance sur le côté droit qu’on avait pas vu depuis… jamais! Ce n’était que son premier match et Sagna trouvera avec le temps une meilleure entente avec son ailier Alejandro Silva mais on a déjà vu hier à quel point il peut être efficace défensivement tout en étant créateur offensivement. Ses centres dans la surface ont été fructueux plus souvent qu’autrement et il aurait même dû être passeur décisif sur le but victorieux si Saphir Taïder n’avait pas raté une cage complètement ouverte à la 88ème minute. Avec Fanni, Camacho, un Diallo qu’on a hâte de voir en action et les Lovitz et Raitala qui ne veulent pas se céder le poste de partant comme latéral gauche, voilà une défense qui semble stable, efficace, voir dominante. Où y est la place de Victor Cabrera? De plus en plus difficile à voir.

Plusieurs ont été surpris de revoir Mancosu dans le onze partant, mais je vous avais averti dans mon dernier texte qu’autant l’italien en arrache et s’est mis à dos les partisans, autant Quincy Amarikwa n’est pas une solution magique qui complétera toutes les actions des Silva/Piatti. Mancosu a fait un beau 1/2 avec Taïder sur l’action créant le penalty avant d’encore une fois complètement disparaître pour le reste du match. Toutefois, contrairement au match à Salt Lake, Amarikwa ne s’est pas réellement montré impliqué et n’a pas eu une grande influence sur le match. Ce manque de qualité au poste d’attaquant est ce qui pourrait le plus nuire aux montréalais en cette fin de saison où les adversaires seront souvent des concurrents direct. Ce pourrait faire mal.

Curieusement, le changement le plus fructueux de Rémi Garde hier soir fut celui de Jeisson Vargas. On avait presque oublié le petit chilien et son entrée pour un Alejandro Silva pas dans son meilleur match mais tout de même actif en a surpris plus d’un, moi le premier. Durant ses quelques minutes, Vargas a créé des occasions, tiré deux fois vers le filet, déjoué un défenseur avec un sombrero, couvert Sagna en défensive et surtout servi le corner qui a finalement mené au but gagnant de Daniel Lovitz. Au moment où on l’oubliait, Vargas se remet dans la conversation. Et si, comme en début de saison, il pouvait être une solution temporaire comme attaquant de pointe? Même si loin d’être idéal, la tenue actuelle de Mancosu devrait peut-être pousser Garde à tenter le coup.

Une victoire in extremis, donc, mais oh combien nécessaire pour la suite des choses. Le fait que Lovitz en ait été le libérateur est le point d’exclamation à une belle histoire. Comment oublier que l’américain évoluait comme ailier avec Toronto il y a à peine deux ans et qu’il a appris la position de latéral dans des circonstances très difficiles l’an dernier. Plusieurs, et moi le premier, se sont moqués de son titre de joueur défensif de l’année en 2017, mais Lovitz est un bourreau du travail et il continue d’apprendre et de s’améliorer à pratiquement chaque match. La plus belle séquence du match d’hier est provenu d’une combinaison de superbes feintes entre lui et Nacho pour quitter le territoire montréalais. Il sait jouer, le Lovitz, et si j’ai souvent répété que j’aimais son ardeur au travail mais que je ne voyais pas comment il pouvait être partant sur une équipe visant la MLS Cup, je dois commencer à penser à me rétracter…

L’Impact est toujours sur la ligne du couperet au classement et la victoire de l’Union de Philadelphie face au NYCFC hier n’aide pas sa cause. Un match important se joue aujourd’hui entre le Revolution et le DC United. Un match nul ferait l’affaire, disons…

 

Sinon, je vous laisse sur le meilleur et le pire de la journée en MLS hier. Je vous laisse deviner lequel est lequel…

Commentez, partagez et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES