Conserver Ben Chiarot : Stéphane Waite et Georges Laraque n’écartent pas l’idée

La présente séquence de trois victoires en trois matchs du Canadien fait un grand bien à toute l’équipe ainsi qu’à ses partisans. Après tout, considérant le début de saison misérable du CH, une petite séquence de succès fait du bien au moral.

Elle ne fait pas autant de bien aux chances à la loterie du prochain repêchage, mais c’est une autre histoire.

Il faut toutefois faire attention : une (courte) séquence heureuse ne fait pas une saison. Ce ne sont pas ces trois victoires-là qui vont propulser le CH en finale de la Coupe Stanley dans la course aux séries : la pente à remonter est titanesque.

C’est pourquoi j’ai légèrement grincé des dents en voyant Georges Laraque affirmer plus tôt aujourd’hui qu’il croit que le CH devrait conserver les services de Ben Chiarot au-delà de la date limite des transactions.

Chiarot n’est pas un vilain défenseur, mais de dire qu’il est « le nouveau Weber », ça me semble fort exagéré. Le voir comme une option à long terme sur une première paire est également une idée que je juge assez particulière, surtout s’il doit être le meilleur défenseur du duo.

Mais Laraque n’est pas le seul à penser ainsi. Dans le cadre de la baladodiffusion Sortie de zone, Stéphane Waite a lui aussi affirmé qu’il aimerait bien voir le Canadien conserver Chiarot SI ce dernier est prêt à accepter un contrat « raisonnable ». Et pour Waite, un pacte raisonnable, c’est une entente de trois ans pour 4,5 millions $ par année.

Là où j’ai un peu de difficulté avec cette idée, c’est que la valeur de Chiarot sur le marché à l’heure actuelle est tout simplement trop grande pour le conserver, surtout quand on tient compte du fait qu’il sera libre comme l’air au terme de la saison.

Est-ce que le Canadien peut se permettre de risquer de perdre Chiarot dans quelques mois sans avoir obtenu un choix de première ronde et un petit quelque chose en plus? Je ne pense pas, non.

François Gagnon, lui, soulève l’idée de l’échanger à la date limite, mais de le ramener à Montréal lorsqu’il sera agent libre. Sur le fond, ce n’est pas une mauvaise idée, mais ça me rappelle un certain Ilya Kovalchuk (qui n’est finalement jamais revenu). Et considérant la philosophie des nouveaux dirigeants du CH, je ne pense pas qu’on sortira le chéquier pour un gars comme Chiarot.

Bref, même si l’idée d’avoir Chiarot dans la brigade de l’équipe en 2022-23 fait du chemin, ça me semble fort improbable. Je serais très surpris de le voir dans l’organisation du Canadien après le 21 mars prochain, pour le dire ainsi.

PLUS DE NOUVELLES