Commotions cérébrales : la vie de Johan Franzen ne sera plus jamais la même

Les commotions cérébrales, et on le sait, sont un véritable fléau dans la LNH. Pourtant, Gary Bettman et ses sbires ne veulent rien savoir des joueurs qui ont vu leur vie devenir un enfer dû aux multiples coups à la tête qu’ils ont subis durant leur carrière dans le circuit.

Daniel Carcillo se bat pour la cause. Plusieurs témoignages, dont celui de Kyle Okposo, sont sortis, mais rien ne change. Et c’est très grave. 

Aujourd’hui, c’est Johan Franzen, l’ancien des Red Wings, qui s’est ouvert à propos de l’enfer qu’il vit depuis qu’il a été forcé d’arrêter sa carrière à cause des chocs à la tête.

Franzen n’a pas joué depuis la saison 2015-2016 – où il n’a participé qu’à deux matchs. Depuis, il n’est jamais sorti de Détroit, lui qui a été diagnostiqué avec un trouble de stress post-traumatique.

Et sa vie est un enfer.

«Tout ce que je peux faire lorsque ça va mal, c’est de dormir et de rester dans mon lit. Je prends des antidépresseurs et j’essaie de me sentir mieux à nouveau. Mais ça devient noir rapidement. Très noir.»

– Johan Franzen

Il a aussi avoué avoir beaucoup de pertes de mémoire, tandis qu’il a parfois du mal « à voir la lumière au bout du tunnel ».

«C’est gênant. Je peux discuter avec quelqu’un et le lendemain, j’ai complètement oublié son nom (…) La plupart du temps, je pense que je vais dans la bonne direction, mais je rechute et plus rien n’est positif. J’ai souvent l’envie d’abandonner et c’est pire parce que tu penses que ça allait bien.»

– Johan Franzen

Il va vraiment falloir que la LNH fasse quelque chose. Ça ne peut plus continuer ainsi : les commotions cérébrales mettent la vie des joueurs en danger.

PLUS DE NOUVELLES