betgrw

Cole Caufield, la pression des médias, la langue française et Trevor Zegras

Cole Caufield est clairement le joueur le plus charismatique chez le Canadien.

Celui qu’on surnomme « The Cock » dans le vestiaire, un nom qui lui a été donné par Shea Weber lors de son arrivée à Montréal, a toujours le sourire aux lèvres et on a entendu les joueurs dire à quel point sa bonne humeur est contagieuse.

Le jeune joueur du Canadien était de passage au Spittin’ Chicklets podcast de Bob Bissonnette et Ryan Whitney, ce qui a donné une belle occasion afin d’en apprendre un peu plus sur lui.

Je vous mets le lien complet du podcast si jamais vous avez envie d’aller écouter les commentaires de Caufield :

Il y a quelques éléments qui ont retenu mon attention dans la discussion. Les voici :

1. Caufield partage un logement avec Christian Dvorak.

Le #22 a confié que son coloc n’est pas un homme de grands mots… Sauf quand les gars sont installés devant la télévision le dimanche pour regarder le football.

Les joueurs du Canadien ont un « fantasy pool » au football et c’est assez sérieux.

2. Récemment, le CH a tenu son souper annuel des recrues.

C’est un peu surprenant à entendre, mais Caufield parle de Barron comme un gars qui a vraiment, mais vraiment eu du fun lors de cette soirée-là.

Je dis que c’est surprenant, parce que le défenseur a l’air d’un gars plutôt réservé dans la vie en général.

3. Caufield aime marquer des buts (on le sait), et c’est en grande partie à cause de son frère Brock.

Cole a expliqué que lorsqu’ils étaient jeunes, Brock voulait s’assurer de jouer au passeur pour que le plus jeune des deux frères soit en mesure d’avoir le rôle du tireur.

Brock aimait tellement ça entraîner son petit frère qu’il créait des exercices lors des étés pour peaufiner le tir de Cole.

C’était comme s’il était mon deuxième coach. – Cole Caufield

4. Lorsqu’il est arrivé à Montréal, le Canadien était sérieux dans sa démarche de vouloir participer aux séries.

Mais Caufield s’est amené dans le vestiaire avec le plus gros sourire du monde. Il riait avec les gars, il n’hésitait pas avant de niaiser les plus vieux même s’il n’avait jamais joué avec eux…

Et tout ça a détendu l’atmosphère. Caufield est reconnaissant de la façon dont il a été reçu dans le vestiaire et ça paraît vraiment dans ses paroles.

5. Ce point-là est probablement celui qui m’a le plus intéressé.

Caufield s’est fait questionner à propos des médias à Montréal et il avoue que c’est tout simplement fou. Par exemple, il a parlé de l’attention médiatique qui est tournée envers Juraj Slafkovsky en ce moment… Et il soutient que ça peut être difficile de ne pas penser à ce qui se dit dans les médias.

C’est normal, dans le fond. Parce que Montréal, tout le monde sait à quel point c’est un vrai cirque!

6. L’attaquant a aussi parlé de son apprentissage de la langue française.

Il est capable de dire « bonjour » et « merci », mais ça s’arrête pas mal là. Caufield riait en disant que la langue est compliquée à comprendre et des fois, il n’en revient pas lorsqu’il écoute les gens d’ici avoir une conversation quelconque.

Il trouve que ça va un peu trop vite pour lui, hehe. Mais Caufield ne s’en cache pas : tôt ou tard, il va parler français. Ce n’est qu’une question de temps.

Caufield n’a qu’à suivre son capitaine, d’ailleurs :

7. Caufield riait jaune un peu lorsque Paul Bissonnette lui a dit que c’était de sa faute si Trevor Zegras a mis autant de temps avant de signer son contrat à Anaheim.

Les deux jeunes chums ont passé beaucoup de temps ensemble cet été et Bissonnette a affirmé que Zegras n’a pas eu le temps de s’entraîner adéquatement et de prendre les choses au sérieux, ce qui a compliqué le travail de Patrick Verbeek (DG des Ducks).

On dirait vraiment que le joueur du Canadien est au courant de tout ça, hehe.  

8. Caufield, Jack Hughes et Trevor Zegras étaient présents au Grand Prix de la F1 cet été à Montréal… Et disons qu’ils ont fêté en masse.

9. En terminant, il est utile de noter que Caufield a longuement vanté Brendan Gallagher et Sean Monahan.

Il parle d’eux comme étant de vrais pros, des gars sur qui les jeunes peuvent se fier pour apprendre des choses.

Semble-t-il que Monahan et Gallagher soient deux bons joueurs de tour, aussi!

Si vous avez un petit 45 minutes à perdre, je vous conseille vraiment d’aller visionner la partie où Caufield est de passage au podcast de Paul Bissonnette et de Ryan Whitney. C’est divertissant et c’est rafraîchissant. 

PLUS DE NOUVELLES