Claude Julien est revenu sur son malaise cardiaque de l’été dernier

13 août 2020 : le Canadien tire de l’arrière 1 à 0 dans sa série face aux Flyers, mais ce qui fait la une ce jour-là, c’est le malaise cardiaque subi par Claude Julien la nuit précédente.

On le sait, le CH sortira fort le lendemain, remportant son match par la marque de 5 à 0. Ça aura été son meilleur match des séries. Malheureusement, l’équipe baissera pavillon quelques jours plus tard, étant incapable de remplir le filet adverse avec régularité.

Guillaume Lefrançois a eu la chance de discuter avec Claude Julien au cours des dernières heures. Il lui a bien évidemment demandé de jaser de ce malaise cardiaque.

C’est dans La Presse de ce matin que Lefrançois raconte son entretien avec l’entraîneur-chef du Canadien.

Qu’est-ce que je retiens de ce texte?

1. Au début, Claude Julien pensait faire une indigestion. Les symptômes qu’il a ressentis au départ ressemblaient à des brulements d’estomac. Il a vraiment tenté de ne pas avoir à quitter la bulle. Malheureusement, ça ne partait pas et Julien s’est résolu à entreprendre les démarches nécessaires. Le docteur Mulder, via téléphone, est parvenu à le convaincre.


2. C’est Graham Rynbend, thérapeute du sport pour le Canadien depuis 2000, qui a été le premier appelé au secours de Claude Julien. Les médecins de l’équipe étaient restés à Montréal. Ils ont été appelés en plein milieu de la nuit.

3. Kirk Muller a tout d’abord pensé, lorsqu’il a vu qu’il avait un message sur sa boîte vocale, qu’il avait contracté la COVID-19. #RésultatDeTest?

4. Entre 4h00 et 6h00 du matin, les cartes étaient joués. Claude Julien était en route vers l’hôpital et Kirk Muller était le nouvel entraineur-chef par intérim. Ce qui aurait été relativement simple/normal dans la vie traditionnelle d’avant-pandémie était un véritable casse-tête au départ, en raison des conséquences d’une sortie de la bulle.

Au final, tout le monde a pris la bonne décision et Claude Julien va bien. Très bien même. Il voit cet épisode comme un wake-up call.

« Je vais même mieux qu’avant. Je suis en bonne forme, je me sens extrêmement bien et j’ai hâte de recommencer parce que je trouve le temps long. » – Claude Julien à La Presse

Sommes-nous tous obligés d’avoir un tel rappel de la vie pour nous prendre en main? Non!

En pleine pandémie et en plein confinement culturel/social/sportif, il est plus important que jamais de bouger du mieux que l’on peut. Petite course… sport extérieur individuel… il faut bouger (et bien manger). Et il faut aussi savoir être à l’écoute de notre corps lorsqu’il nous dit que ça ne va pas.

PLUS DE NOUVELLES