Christian Dvorak et Joel Armia ne sont pas près d’un retour au jeu

Même si elle n’est plus aussi remplie qu’elle ne l’a été plus tôt cette saison (particulièrement en décembre), l’infirmerie du Canadien accueille encore une belle brochette de patients actuellement. La majorité d’entre eux sont toutefois bien loin d’un retour (je pense notamment à Carey Price, Jonathan Drouin, David Savard, Jake Allen, etc.), si bien qu’il ne faut pas s’attendre à les revoir sous peu.

Or, les cas de Christian Dvorak et Joel Armia sont un peu plus nébuleux. Tandis que le premier n’est toujours pas revenu après avoir obtenu le feu vert il y a deux semaines (il ne l’a plus, d’ailleurs), le second a reçu un patin au visage et on affirmait que c’était plus de peur que de mal.

Néanmoins, le Canadien vient d’annoncer que Dvorak et Armia ne sont pas dans une situation « au jour le jour », mais qu’ils ne sont pas sur la touche « à long terme » non plus. Ils sont à quelque part entre les deux, genre.

Dans le cas d’Armia, il aurait actuellement beaucoup d’enflure au visage après y avoir reçu un patin la semaine dernière. On veut visiblement attendre que celle-ci disparaisse (totalement ou en partie) avant de penser à le réintégrer dans la formation. C’est logique.

Pour Dvorak, par contre, c’est toujours aussi énigmatique. Le CH affirme qu’il ne patine plus afin de se concentrer sur ses traitements et on insiste sur le fait qu’il n’a pas subi un recul dans sa réhabilitation.

Il y a une dizaine de jours, je pondais justement un texte sur sa situation nébuleuse, qui survenait d’ailleurs au curieux moment où les rumeurs de transaction l’impliquant se faisaient de plus en plus nombreuses. Je ne prétends pas savoir avec certitude que les deux événements (son absence et les rumeurs) sont liés, mais la question se pose.

Surtout que dix jours plus tard, la date de son éventuel retour demeure impossible à cerner…

Espérons que les deux joueurs retrouveront la santé sous peu et qu’ils pourront effectuer un retour au jeu le plus rapidement possible. C’est le plus important.

PLUS DE NOUVELLES